1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À PIERRE QUAY-THÉVENON Maire adjoint en charge de l'enseignement secondaire de Saint-Denis

3 QUESTIONS À PIERRE QUAY-THÉVENON Maire adjoint en charge de l'enseignement secondaire de Saint-Denis

"Mieux faire connaître la qualité de nos formations"

3 QUESTIONS À PIERRE QUAY-THÉVENON Maire adjoint en charge de l'enseignement secondaire de Saint-Denis
3 QUESTIONS À PIERRE QUAY-THÉVENON Maire adjoint en charge de l'enseignement secondaire de Saint-Denis

Indicateur Bertrand : Certains acquéreurs potentiels sur Saint-Denis appréhendent les écoles du département. Que leur répondez-vous ?


Pierre Quay-Thévenon : Je dirais que les parents ne prennent pas assez le temps de s'informer sur les établissements et restent trop souvent sur une première impression. Quand ils veulent acquérir un bien immobilier, ils visitent un appartement témoin et regardent où se situent les commerces. Pour apprécier l'école, il faut aussi accomplir des démarches : poser des questions aux enseignants, passer aux abords de l'établissement à plusieurs moments de la journée... Quant aux Parisiens, certains s'installent à Saint-Denis avec enthousiasme, d'autres viennent à reculons, mais sont enchantés après.


I. B. : Quelle est l'offre d'enseignement de la ville ?


P. Q.-T. : Dans le public, nous comptons 53 écoles maternelles et élémentaires, 8 collèges, 5 lycées et, dans le privé, 2 écoles élémentaires, 2 collèges et 2 lycées, dont Jean-Baptiste de La Salle, l'un des plus anciens établissements franciliens. Notre offre comprend 3 Centres de formation des apprentis (CFA) du CAP au bac+5. L'un d'eux forme aux métiers du bâtiment avec des trésors cachés comme la spécialisation en mosaïque. Les deux autres CFA sortent des voies traditionnelles : le premier est géré par les Compagnons du Tour de France, le second enseigne les métiers du cirque en partenariat avec l'Académie Annie Fratellini, présente sur notre territoire. Le lycée Paul Eluard forme dans la filière de la chimie avec de très bons résultats ; il a mis en oeuvre une option théâtre avec le centre dramatique national Gérard Philipe et un tutorat avec l'Ecole supérieure de commerce de Paris pour aider les bons élèves à accéder aux grandes écoles. Le lycée Suger propose une formation complète à l'audiovisuel et a passé une convention avec Sciences-Po.


I. B. : Qu'est-ce qui demeure méconnu ?


P. Q.-T. : Nous devons mieux faire connaître aux entreprises locales la qualité de nos diverses formations. C'est ce que nous avons entrepris dans le cadre de l'association Plaine Commune Développement qui rassemble des élus et des chefs d'entreprise locaux. Reste qu'il faut se méfier des normes en matière de cursus. Les parents oublient souvent que la carrière de leurs enfants ne sera pas la même que la leur.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur