1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À Pierre BAZAILLE, notaire dans le Grand Lyon, président de l’Institut notarial de l’immobilier

3 QUESTIONS À Pierre BAZAILLE, notaire dans le Grand Lyon, président de l’Institut notarial de l’immobilier

Explorimmoneuf. Quel est votre sentiment sur l’investissement en Scellier pour cette année ?

3 QUESTIONS À Pierre BAZAILLE, notaire dans le Grand Lyon, président de l’Institut notarial de l’immobilier
3 QUESTIONS À Pierre BAZAILLE, notaire dans le Grand Lyon, président de l’Institut notarial de l’immobilier

Pierre Bazaille. Le dispositif a attiré beaucoup d’investisseurs dans le neuf. Cependant, compte tenu notamment du PTZ+, il devrait y avoir un rééquilibrage entre le nombre d’investisseurs et celui des accédants à la propriété. L’avantage fi scal de 22 % que permet le Scellier (pour un investissement en BBC, ndlr) reste un chiffre tout à fait intéressant.


Mais à condition de ne pas perdre de vue que ce qui compte, c’est l’emplacement du bien. De plus, l’acheteur ne doit pas forcément s’en remettre aux promesses de loyers qu’il pourra en retirer. Dans certains marchés très tendus d’Île-de- France, les loyers peuvent atteindre les plafonds fi xés par la loi, mais cela reste rare. Il faut donc toujours se renseigner auprès de professionnels locaux pour connaître les vrais prix de loyers du marché.


D’ailleurs, le message passe, des investisseurs font désormais la différence entre ce qui leur est promis, et ce qu’ils pourront réellement retirer de leur investissement.



Comment déterminer un bon emplacement ?


P. B. Pour investir au bon endroit, il faut déjà cibler les grandes métropoles comme de l’Île-de-France, Montpellier, Lyon, Nantes, Toulouse, -même si on a beaucoup construit dans cette ville - qui présententmoins de risques que de plus petits marchés. Mais l’emplacement ne se limite pas à la localisation du bien. Il s’entend aussi en termes de desserte par les transports, de présence de commerces environnants… l’investisseur doit pouvoir aussi sentir si le quartier est vivant.


L’achat sur plans implique d’acheter de l’immatériel mais l’environnement existe, et peut donc déjà être évalué sur place, cela permet aussi à l’acquéreur de se projeter dans le futur. Car plus tard en cas de revente, c’est avant tout l’emplacement qui comptera.



Quels critères prendre en compte en vue de la revente ?


P. B. L’emplacement reste au coeur du projet, mais les équipements présents ou futurs rentrent en compte, comme les projets d’amélioration de desserte par les transports, l’implantation de nouveaux commerces. On ne doit pas oublier non plus que le neuf deviendra de l’ancien. Il faut donc regarder la diff érence de prix entre les deux au moment de l’achat. Si l’emplacement est bon, le bien rejoindra rapidement les prix de l’ancien.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur