1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À PHILIPPE TOURTELIER Premier vice-président de Rennes Métropole, président du Pays de Rennes, député-maire de La Chapelle-des-Fougeretz

3 QUESTIONS À PHILIPPE TOURTELIER Premier vice-président de Rennes Métropole, président du Pays de Rennes, député-maire de La Chapelle-des-Fougeretz

"Nous préconisons la ville-archipel"

3 QUESTIONS À PHILIPPE TOURTELIER Premier vice-président de Rennes Métropole, président du Pays de Rennes, député-maire de La Chapelle-des-Fougeretz
3 QUESTIONS À PHILIPPE TOURTELIER Premier vice-président de Rennes Métropole, président du Pays de Rennes, député-maire de La Chapelle-des-Fougeretz

Indicateur Bertrand : Comment se traduit concrètement la stratégie de développement durable qui sous-tend le projet d'agglomération ?


Philippe Tourtelier : Nous insistons beaucoup sur le fait que la notion de développement durable ne se réduit pas à sa dimension écologique. Elle possède également une dimension économique et sociale, au sens où le développement durable d'une ville passe par un développement pour tous. Très concrètement, sur les zones d'activités que nous mettons en place, nous avons le souci de la qualité environnementale, car c'est la chose la mieux partagée par tous. Nous envisageons l'expansion de la métropole avec la notion de "ville-archipel", ce qui signifie développer chaque bourg sans grignoter sur le paysage et la campagne environnante, en gardant des respirations entre les villes. Chaque commune doit également posséder des services de proximité, une vraie vie locale de proximité. Notre Programme local de l'habitat induit par ailleurs une certification environnementale, y compris pour le logement social : c'est une préoccupation sociale, mais on retrouve également la dimension économique, puisque les logements durables entraînent d'importantes économies de fonctionnement.


I. B. : Rennes Métropole se place sur le terrain européen. Quels sont ses atouts ?


P. T. : Notre premier point fort est notre potentiel universitaire et de recherche. Rennes a fondé son développement là-dessus. Le technopôle de Rennes Atalante, présent sur les terrains de l'informatique, des télécoms et des biotechnologies, constitue un autre atout à dimension européenne et nous devons rester dans l'excellence dans tous ces domaines. Ces avantages économiques sont également liés à la notion de formation continue tout au long de la vie qui est l'une de nos préoccupations. Rennes bénéficie aussi d'une grande accessibilité, avec la liaison TGV. A l'horizon 2012, Paris sera à moins de 1 h 30 de Rennes contre plus de 2 h aujourd'hui et il faut également améliorer la liaison ferroviaire entre Rennes et Nantes pour aller dans le bon sens. Enfin, je dirais que la culture constitue notre troisième point fort. Nous avons préservé une identité bretonne tout en apportant une dimension beaucoup plus moderne et internationale, notamment avec un festival comme les Trans Musicales, qui correspond également au statut de ville étudiante de Rennes. Notre ambition est de développer d'autres manifestations visibles au niveau européen.


I. B. : Comment concilier cette ambition de grande métropole européenne et la préservation de la qualité de vie ?


P. T. : Pour la qualité de vie, l'agglomération dispose d'une situation exceptionnelle, entre Manche et Atlantique, qui constitue un environnement exceptionnel pour une grande ville. La notion de ville-archipel que nous avons déjà évoquée résume bien notre préoccupation de conserver des ruptures vertes dans notre agglomération, sans céder à l'étalement urbain. Pour préserver la qualité de vie des habitants, il faut conserver des espaces de loisirs et de culture de proximité et mettre en place un réseau de transports performant, avec une mise en réseau locale.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur