3 QUESTIONS À Philippe Taboret, Directeur général ajoint de Cafpi

"10 à 15 % de pouvoir d'achat immobilier gagnés en un an"

3 QUESTIONS À Philippe Taboret, Directeur général ajoint de Cafpi
3 QUESTIONS À Philippe Taboret, Directeur général ajoint de Cafpi


Indicateur Bertrand: Comment se porte le marché du crédit en ce moment ?


Philippe Taboret : La situation s'est largement inversée par rapport au début de l'année. Les demandes de financement sont de nouveau nombreuses et nous allons vraisemblablement réaliser des résultats bien meilleurs que l'année dernière. Cela s'explique par le fait que les acquéreurs ont retrouvé une certaine confiance.


Selon un sondage effectué par la Fnaim, 46 % des Français jugent la situation économique actuelle très ou assez favorable pour investir dans l'immobilier, 35 % pour acheter une résidence secondaire et 22 % pour revendre son logement et pour en acheter un autre. Ces trois chiffres, par le volume de ménages qu'ils représente, reflètent bien le fait que l'immobilier est au coeur de l'intérêt des Français. Ce retour à la confiance se conjugue avec la volonté des banques de prêter.


Elles ont pris du retard sur leurs objectifs et se livrent une concurrence acharnée pour grossir leur production. Les taux de crédit s'en ressentent. On a rarement vu des taux aussi attractifs.


I. B. : Comment cela se traduit pour les acquéreurs ?


P. T. : L'année dernière, l'immobilier et les taux de crédit étaient trop chers pour les acquéreurs. La crise a eu du bon car elle a fait baisser les prix et les taux. Cette nouvelle donne les incite à de nouveau s'intéresser à l'immobilier. Concrètement, l'acquéreur qui veut rembourser 1 000 eurospar mois a aujourd'hui le choix entre acheter une plus grande surface ou payer moins cher. En l'espace d'un an, il a gagné 10 % à 15 % de pouvoir d'achat logement et peut, par exemple s'offrir une dizaine de mètres carrés supplémentaires. C'est trèssignificatif.


I. B. : Les banques continuentelles de prêter à très long terme ?


P. T. : Les durées de crédit avaient un peu baissé car il y avait moins de primo accédants. Lorsque l'acquéreur n'est pas dans cette catégorie, il emprunte en moyenne sur 20 ans et lorsqu'il est primo accédant son financement s'étale en moyenne sur 25 ans. La durée fait partie des outils nécessaires pour monter des plans de financements adaptés aux emprunteurs. Il ne faut pas croire que les banques ne prêtent plus sur des durées longues. Au contraire. Ce ne sont pas les établissements de crédit qui font la pluie et le beau temps, ce sont les acquéreurs et le nombre de dossiers refusés reste très minime. Chez Cafpi, ce pourcentage de refus est inférieur à 5 %.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur