3 QUESTIONS À PHILIPPE BOËNNEC Député-maire de Pornic

“Nos jeunes actifs locaux doivent pouvoir s’installer sur la commune”

3 QUESTIONS À PHILIPPE BOËNNEC Député-maire de Pornic
3 QUESTIONS À PHILIPPE BOËNNEC Député-maire de Pornic

Indicateur Bertrand : À quelle problématique est confrontée votre commune en matière d’habitat ?


Philippe Boënnec : Pornic est une commune littorale de 15 000 habitants, pleinement concernée par la Loi Littoral. Le cadre de cette loi est évidemment très intéressant, car il maintient et préserve les littoraux mais il a le défaut de rendre de plus en plus difficiles les droits à construire. Or, dans un contexte où le littoral attire régulièrement une nouvelle population, toute baisse de l’offre a pour effet d’accentuer la pression foncière. Seules les personnes aisées peuvent s’installer, tandis que les enfants et petits-enfants de Pornic sont contraints de s’éloigner vers des communes rétro-littorales, distantes de 30 à 40 km. Cette situation produit ainsi une société déséquilibrée : nos territoires ont besoin d’une population active, mais celle-ci ne peut plus se loger.


I. B. : Comment faire face à cette situation ?


P. B. : L’absence de logique territoriale nous incite à trouver des politiques urbaines permettant de réajuster, voire de recréer de la mixité urbaine. C’est ce que nous avons mis en place pour les populations jeunes issues de Pornic. Nous avons ainsi expérimenté une démarche de réalisations de maisons de 100 m2 sur des terrains de 300 m2 par des constructeurs privés, pour un budget de 150000€adapté aux primoaccédants. Sans cela, nous courons le risque de voir s’accentuer le déplacement d’une partie de la population. Nous estimons le besoin en primo-accession à 200 logements. Pour toute ouverture de nouvelle zone pavillonnaire, la commune exige une répartition entre logements classiques, logements en accession et logements sociaux. Pour éviter toute dérive spéculative, l’acheteur doit exercer une activité à Pornic. Par ailleurs, la revente est soumise à des conditions strictes pendant quinze ans. Nous devons trouver des solutions pour permettre aux jeunes actifs locaux de s’installer, durablement et dans de bonnes conditions, sur la commune.


I. B. : Quel est l’enjeu de votre politique de logement ?


P. B. : L’enjeu est d’accueillir, tant sur Pornic que sur le territoire de la communauté de communes, une population équilibrée. Et comme l’aménagement du territoire nécessite la mise en place de services adaptés, nous proposons entre autres des équipements culturels (médiathèque) ou liés à l’enfance (crèches, halte-garderie, garde d’enfant, accueil périscolaire).


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur