3 QUESTIONS À Pascal Julien Saint-Amand, notaire à Paris

Priorité à la résidence principale

3 QUESTIONS À Pascal Julien Saint-Amand, notaire à Paris
3 QUESTIONS À Pascal Julien Saint-Amand, notaire à Paris


Indicateur Bertrand : Les prix dans l'immobilier repartent à la hausse, notamment en Île-de-France, comme le relèvent les dernières statistiques des notaires. L'investissement reste-t-il toujours d'actualité?


Pascal Julien Saint-Amand : Aujourd'hui, un particulier peut se demander s'il faut toujours investir dans la pierre, étant donné les niveaux de prix. Ils sont en effet élevés par rapport à la capacité d'endettement des ménages, et ont encore augmenté de 5% en région parisienne. Et avec les taux d'intérêt historiquement bas, ces prix risquent de se maintenir encore un moment. Mais la pierre garde son statut de valeur refuge par rapport à la Bourse, même si nous ne pouvons pas prévoir son évolution dans les années à venir. Dans cette optique, la résidence principale reste le premier des biens à acquérir.


Et c'est celui qui offre la meilleure rentabilité, car il ne génère pas de revenus imposables !


Cela semble évident en France, mais beaucoup d'autres pays taxent le revenu théorique correspondant à l'occupation gratuite de la résidence principale.


C'est donc le premier acte de protection de son patrimoine.



I. B. : L'investissement locatif s'inscrit-il dans une démarche de préparation à la retraite ?


P. J. S.-A. : La loi Scellier est intéressante, puisqu'il s'agit d'un investissement qui génère des économies d'impôts.


De plus, elle est ouverte à davantage de bénéficiaires que les précédents dispositifs, puisqu'elle n'intervient pas sur le taux marginal d'imposition.


Grâce à la réduction d'impôts et aux revenus tirés des loyers, le particulier réalise ainsi un investissement net plus faible,et disposera d'un actif d'une certaine valeur au moment de la retraite. Attention cependant, ce calcul ne fonctionne que sous certaines conditions.


Il ne faut pas se laisser égarer par la réduction d'impôt et s'assurer de ne pas payer le bien trop cher par rapport à d'autres produits comparables. En payant 20% de trop, le bénéfice de la réduction d'impôt est perdu. Par ailleurs, le logement doit être situé sur un marché locatif actif et solvable.


Enfin, l'investisseur doit payer des impôts au moins égaux au montant de la réduction. Sous ces réserves, le dispositif Scellier constitue un bon produit pour préparer sa retraite.



I. B. : Quels sont les autres dispositifs à la portée des investisseurs ?


P. J. S.-A. : Les personnes qui ont des capitaux élevés, sont au taux marginal d'imposition et possèdent de l'épargne à placer, peuvent s'intéresser à l'acquisition en démembrement de propriété.


C'est une opération intéressante pour qui se trouve à la tête d'un patrimoine conséquent.


Pour l'ensemble des particuliers, je conseillerais idéalement de se préoccuper de sa retraitele plus tôt possible. Cependant, ceux qui n'ont pas pu le faire avant un certain âge pourront toujours choisir des contrats d'assurancevie ou de capitalisation.



Pascal Julien Saint-Amand est également président du réseau notarial Althémis.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur