1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À MICHEL WILLAEY Directeur du développement et de la coordination régionale de l'UNCMI*

3 QUESTIONS À MICHEL WILLAEY Directeur du développement et de la coordination régionale de l'UNCMI*

"La maison à 100 000e doit se développer"

3 QUESTIONS À MICHEL WILLAEY Directeur du développement et de la coordination régionale de l'UNCMI*
3 QUESTIONS À MICHEL WILLAEY Directeur du développement et de la coordination régionale de l'UNCMI*

Indicateur Bertrand : Des maisons d'un nouveau type sont-elles aujourd'hui sur le marché ?


Michel Willaey : Oui, bien sûr, le challenge de l'UNCMI est d'inciter ses adhérents à construire des maisons performantes en termes techniques, énergétiques et de recherche architecturale. Nos constructeurs proposent désormais des maisons au caractère architectural plus prononcé, dont certaines possèdent des toits en tôle galvanisée, des parements en bois ou font ressortir des matériaux locaux tels que la brique. Au lieu d'un seul volume, certaines maisons présentent deux ou trois annexes autour du bâtiment principal et s'éloignent ainsi encore davantage des formes habituelles. L'offre sort vraiment de l'ordinaire. Les résidents peuvent s'identifier à leur maison, différenciée de celles des voisins.


I. B. : A l'heure actuelle, quelle est la configuration du marché francilien ?


M. W. : Nos adhérents franciliens sont au nombre de 42, représentant 65 % du marché, alors qu'ils sont 550 à l'échelon national. En Ile-de-France, la maison ne représente que 20 % des logements alors que 80% des Français aspirent à vivre en habitat individuel. En 2006, 7 000 autorisations ont été accordées pour des maisons et 5 620 chantiers ont été commencés. Les départements les plus bâtisseurs sont dans l'ordre décroissant la Seine-et-Marne, les Yvelines, l'Essonne, le Val-d'Oise, la Seine-Saint- Denis et les Hauts-de-Seine. La pénurie foncière impactant le développement de l'habitat individuel, nos adhérents se sont déplacés vers les départements limitrophes de l'Ile-de-France, où la maison occupe une place bien plus importante sur le marché du logement, à hauteur de 46 % des volumes ; au total, ces secteurs ont enregistré, en 2006, 11 000 autorisations de construire ainsi que 10 100 ouvertures de chantiers.


I. B. : Peut-on trouver une maison à 150 000 e en Ile-de-France ?


M. W. : C'est possible. Il faut pour cela aller au sud de la Seine-et-Marne ou près de Meaux ou encore entre Rambouillet et l'Eure-et-Loir. Mais, en Ile-de-France, il n'y a pas eu de politique foncière volontariste des pouvoirs publics et l'habitat individuel n'est pas vraiment privilégié. Il serait pourtant tout à fait envisageable de construire des maisons sur les nombreuses friches industrielles et publiques. L'UNCMI est signataire de la charte de la maison à 100 000 e et se bat pour que ce type de construction se développe. *Union nationale des constructeurs de maisons individuelles


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur