1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À Michel Reppelin, vice-président du Grand Lyon (développement durable), maire de Collonges-au-Mont d’Or

3 QUESTIONS À Michel Reppelin, vice-président du Grand Lyon (développement durable), maire de Collonges-au-Mont d’Or

Explorimmoneuf. Comment expliquer l’avance du Grand Lyon en terme d’écologie ?

3 QUESTIONS À Michel Reppelin, vice-président du Grand Lyon (développement durable), maire de Collonges-au-Mont d’Or
3 QUESTIONS À Michel Reppelin, vice-président du Grand Lyon (développement durable), maire de Collonges-au-Mont d’Or

Michel Reppelin . Depuis plus de vingt ans, le Grand Lyon a lancé une politique d’écologie urbaine, notamment sur la préservation de l’écosystème. Dès 2004,


l’Agenda 21 a suivi. C’était l’un des premiers des communautés urbaines de France, mais il ne comprenait pas encore la stratégie énergétique, incorporée en 2007. En 2010, cette stratégie a donné naissance au plan climat, aulequel nous réfl échissons en groupes de travail avec nos partenaires (industriels, acteurs du transport, communes, bailleurs sociaux…). Pratiquement chaque commune possède son service de développement durable, et le comité d’engagement des projets suit une grille d’évaluation dans ce sens, et non plus sur le seul aspect fi nancier. De plus, un club de développement durable, réunissant les communes, partage les meilleures pratiques.



En tant que maire de Collonges, quelles actions durables engagez-vous ?


M. R. : Un quartier durable de 2 hectares est programmé près de la mairie, et il pourrait retrouver son ancien nom de « La Verchère ». Collonges, célèbre pour son restaurant de Paul Bocuse,


ne compte que 4 000 habitants, mais leurs revenus fiscaux sont parmi les plus élevés du pays. La ville fi gure dans le Top 5 du Grand Lyon ! Pour autant, il nous faut étoff er notre parc de logements pour les jeunes, que la cherté des valeurs immobilières éloigne, et les plus âgés, à la recherche d’un appartement dans le centre.


Actuellement, 130 logements neufs sont en construction, et une quarantaine, programmés pour les prochaines années.


Tous sont a minima en basse consommation. Chaque projet doit au moins comporter 20 à 25 % de logements sociaux. Il faut cependant sensibiliser les habitants à ces nouveaux petits bâtiments, en montrant qu’ils ne déstabiliseront pas le paysage.



Êtes-vous satisfait d’une bonne pratique durable, mise en place dans la ville ? M.R. : Oui, la commune fi nance


le surcoût de 5 logements spécifiques destinés aux personnes âgées en prédépendance. Nous mettons en place ce projet avec un bailleur social, en sachant qu’il comportera beaucoup de domotique, dont des systèmes de surveillance intelligents.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur