3 QUESTIONS À Marc Sirotteau, responsable de secteur chez Meilleurtaux

Le nouveau PTZ va augmenter la capacité d'emprunt de l'acquéreur

3 QUESTIONS À Marc Sirotteau, responsable de secteur chez Meilleurtaux
3 QUESTIONS À Marc Sirotteau, responsable de secteur chez Meilleurtaux


Indicateur Bertrand : Le PTZ + est constitutif de l'apport personnel de l'acquéreur. Mais les banques le considèrent-elles comme tel dans les faits ?


Marc Sirotteau : Si, sur le papier, il s'agit bien d'un prêt constitutif de l'apport personnel, en pratique, les banques considèrent l'ensemble du dossier. Si l'ensemble est cohérent, il n'y a pas de problème pour le qualifier comme tel.


Mais, dans la plupart des cas, elles regardent l'endettement de l'acquéreur, y compris celui lié au PTZ +, et surtout, son reste à vivre.



I. B. : Que pensez-vous de la réforme du PTZ + ?


M. S. : Je pense que c'est une bonne réforme, car elle permettra à davantage d'emprunteurs de bénéficier du PTZ. Le budget que l'Etat consacrait au crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt sera en partie injecté dans le PTZ, ce qui est une bonne chose. Avec le crédit d'impôt, l'Etat faisait un chèque à l'emprunteur qui lui permettait d'avoir plus de pouvoir d'achat durant les premières années de remboursement, mais ce n'était pas une mesure incitative. Elle ne déclenchait pas les envies d'achat.


Le PTZ lui, augmente la capacité d'emprunt de l'acquéreur et avec l'augmentation des montants, celui qui avait un budget trop juste voit réellement sa capacitéd'emprunt augmenter.


C'est donc vraiment un gain.



I. B. : Qui seront les gagnants et les perdants ?


M. S. : Pour l'instant, tout n'est pas complètement défini, on attend encore quelques ajustements. Pour l'emprunteur, tout dépend de ses revenus, de la zone dans laquelle il achète et du type de logement qu'il envisage d'acheter.


Beaucoup de paramètres entrent en compte. Ce que l'on peut dire, c'est que le nouveau PTZ +, qui se voulait plus simple, reste complexe.


Or, les gens aiment les dispositifs simples et faciles à comprendre.


Nous allons devoir passer du temps à expliquer le PTZ +, mais je reste sceptique quant à certains de ses aspects. C'est mieux que la déductibilité des intérêts d'emprunt mais, par exemple, en ce qui concerne les modalités de remboursement, cela peut être compliqué à gérer pour l'emprunteur, qui se situe dans la tranche de revenus la plus haute.


On peut effectivement amortir l'effet de la durée de remboursement très courte par un lissage des mensualités, mais cette technique a un coût.


Dans l'ensemble, le nouveau dispositif va favoriser les familles modestes qui achètent dans le neuf.


Dans l'ancien, c'est plus compliqué, même si l'on peut financer certains types de travaux avec un éco-PTZ.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur