1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À Marc Schoeffter, Chargé de la réglementation énergétique à l'Ademe

3 QUESTIONS À Marc Schoeffter, Chargé de la réglementation énergétique à l'Ademe

"Des logements consommant de 3 à 5 fois moins d'énergie"

3 QUESTIONS À Marc Schoeffter, Chargé de la réglementation énergétique à l'Ademe
3 QUESTIONS À Marc Schoeffter, Chargé de la réglementation énergétique à l'Ademe


Indicateur Bertrand: À quoi correspond la haute performance énergétique d'un logement ?


Marc Schoeffter : Il s'agit d'exigences énergétiques supérieures à celles édictées dans la réglementation RT 2005, pour le cas des bâtiments neufs. Il existe cinq niveaux de label : la HPE pour haute performance énergétique, la HPE ENR pour haute performance énergétique énergie renouvelable, la THPE, la très haute performance énergétique, la THPE ENR et BBC, pour les bâtiments basse consommation.


Ces cinq niveaux existent toujours mais depuis le Grenelle de l'environnement et avec le projet de loi de finances qui prévoit un verdissement de la fiscalité, ce sont les BBC qui se développent.


Un logement BBC doit consommer maximum 50 kWh/m²/an en moyenne en énergie primaire. Les promoteurs désireux de bénéficier de ces labels doivent faire appel à un organisme certificateur. Le coût est à la charge du promoteur qui le répercute sur l'acquéreur. Le montant de la certification est toutefois dérisoire au regard du montant du logement. Aussi acquérir un logement BBC aujourd'hui semble une bonne affaire car les charges énergétiques sont bien moindres.



I. B. : Comment cette meilleure performance énergétique se traduit dans les logements ?


M. S. : Par un renforcement de l'isolation, un meilleur traitement des ponts thermiques, une bonne ventilation des logements et une orientation plus réfléchie des ouvertures. Les fenêtres sont orientées au sud et assorties de protections solaires. Les pompes à chaleur tendent à remplacer les convecteurs électriques. Les ballons d'eau chaude à accumulation cèdent du terrain aux ballons thermodynamiques.


Les chaudières à condensation se multiplient. Selon les zones géographiques, ces logements consomment entre trois et cinq fois moins d'énergie que les autres logements neufs. Ce qui n'est pas négligeable car dans les années à venir, le coût des énergies va de toute façon augmenter.



I. B. : Un logement BBC coûte-t-il plus cher à construire qu'un logement non labellisé ?


M. S. : Il faut être prudent avec les chiffres car nous sommes encore sur de petites séries. Ceux qui ont envie de développer les BBC annoncent des surcoûts proches de 0 %. Ceux qui en sont moins partisans affichent des hausses de l'ordre de 20 %.


À terme, avec la généralisation de ce type de bâtiment, la différence devrait être très faible. En 2013, tous les bâtiments devront être


basse consommation. Et actuellement ceux qui achètent du BBC peuvent bénéficier de réductions fiscales supplémentaires.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur