1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 questions à Marc Levert - Directeur région Rhône-Alpes de la Caisse des Dépôts

3 questions à Marc Levert - Directeur région Rhône-Alpes de la Caisse des Dépôts

“Il faut revenir aux critères de choix essentiels"

3 questions à Marc Levert - Directeur région Rhône-Alpes de la Caisse des Dépôts
3 questions à Marc Levert - Directeur région Rhône-Alpes de la Caisse des Dépôts

Indicateur Bertrand : Quelle est la première chose qu’un investisseur doit prendre en compte lorsqu’il envisage d’acheter un logement neuf ?


Marc Levert : Je tiens d’abord à souligner que dans un contexte de financiarisation de plus en plus important de l’immobilier, il convient de revenir aux critères de choix essentiels et la première question à se poser est “est-ce que ce bien je l’achèterais pour y habiter ?” Quant au prix de vente, il doit être pris en compte dans un plan de financement sécurisé, en fonction des valeurs locatives de marché. Il me semble toujours dangereux pour un particulier de se baser sur la seule estimation de loyers proposée par les réseaux de distribution. Un détour par les petites annonces peut permettre d’éviter des déconvenues. La surface du logement doit être cohérente par rapport à la concurrence locale. Certaines grandes agglomérations regorgent de petites surfaces, du fait des dispositifs de défiscalisation précédents.


I. B. : Entre qualité de l’emplacement et rentabilité locative que doit-il privilégier ?


M. L. : Cela dépend étroitement de la logique d’investissement et du degré de risque que souhaite prendre l’investisseur. Il peut être soit dans une démarche patrimoniale (investissement locatif pour être occupant du bien à terme) et se contenter dans ce cas d’une rentabilité médiocre. Concernant le second point, l’arbitrage se réalise en fonction du couple risque-rentabilité, qui est à la base de tout choix d’investissement. Sans aucune prise de risque, la rentabilité est forcément faible. A l’inverse, la prise de risque peut permettre de sortir des rendements bruts intéressants et de viser la plus-value à la sortie. A titre d’exemple, je pense que les territoires en renouvellement urbain des grandes agglomérations de province recèlent encore de véritables opportunités d’investissement.


I. B. : Comment l’investisseur peut il évaluer la qualité d’un programme neuf ?


M. L. : La qualité et l’expérience du promoteur sont déterminantes. Je privilégie toujours les acteurs implantés localement, qui ont un réel intérêt à réussir une opération et que l’on peut aussi remobiliser plus facilement en cas de soucis. Concernant les prestations, le descriptif est souvent précis et abondant. Les appartements témoins peuvent aider, mais avant d’être séduit par la décoration il faut s’attacher à ce qui figure réellement au cahier des charges. Tout le monde est gagnant en définissant clairement dès le début la règle du jeu et les promoteurs se plient d'autant plus volontiers à cet “examen" qu'ils préfèrent éviter les problèmes à la livraison.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur