1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À MAÎTRE SOPHIE CHUPIN, Déléguée à la communication des notaires de Loire-Atlantique

3 QUESTIONS À MAÎTRE SOPHIE CHUPIN, Déléguée à la communication des notaires de Loire-Atlantique

“Nous revenons à une situation plus juste"

3 QUESTIONS À MAÎTRE SOPHIE CHUPIN, Déléguée à la communication des notaires de Loire-Atlantique
3 QUESTIONS À MAÎTRE SOPHIE CHUPIN, Déléguée à la communication des notaires de Loire-Atlantique

Indicateur Bertrand : Comment se présente 2007 ?


Sophie Chupin : Toute la profession constate qu'aujourd'hui les chiffres n'augmentent plus si vite. Les volumes d'activité sont moins élevés, les biens mettent plus longtemps à se vendre. Le marché du neuf reste actif et les prix, notamment à Nantes, très élevés, mais là aussi, l'accalmie se fait sentir. D'une manière générale, on constate un certain attentisme de la part des acquéreurs.


I. B. : Est-ce inquiétant pour le marché immobilier ?


S. C. : L'augmentation des prix avait tout de même pris, ces dernières années, des proportions inquiétantes. Même si les taux d'intérêts des prêts restaient intéressants, le niveau des prix écarte tout de même beaucoup de primo accédants. Les vendeurs profitaient légitimement d'une situation tirant les prix vers le haut, mais ce n'est jamais complètement sain. Le fait que les acquéreurs soient aujourd'hui plus attentifs, moins pressés de conclure les ventes, permet de revenir à une situation plus juste par rapport aux prix qui peuvent être proposés. De plus, la pause que l'on peut constater aujourd'hui est liée en partie à des facteurs conjoncturels qui favorisent l'attentisme des acquéreurs.


I. B. : Constatez-vous une évolution du marché liée aux difficultés des primo accédants à suivre les évolutions des prix ?


S. C. : On constate effectivement que les jeunes ménages se reportent au-delà des première et deuxième couronnes. Entre Nantes et Saint-Nazaire, on les retrouve par exemple dans des villes comme Pontchâteau ou Savenay. Les jeunes ménages peuvent encore trouver des prix abordables dans des villes plus éloignées, notamment des terrains à construire accessibles. A Joué-sur-Erdre par exemple, vous êtes à trois quarts d'heure du centre de Nantes, mais vous pouvez trouver des terrains de 1 000 m2 en secteur diffus, à des prix compris entre 45 et 50 000 e. Nous constatons d'ailleurs que sur le marché des terrains à construire, la proportion de jeunes acquéreurs est écrasante. Les terrains se situant en dehors de l'agglomération, le coût global d'une maison en diffus reste moins élevé que celui d'une maison en domaine dans l'agglomération.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur