1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 Questions à Joël Boumendil - Fondateur et porte-parole d'ACE (courtier en crédit)

3 Questions à Joël Boumendil - Fondateur et porte-parole d'ACE (courtier en crédit)

"Ralentissement de l'activité signifie aussi assagissement des prix"

3 Questions à Joël Boumendil - Fondateur et porte-parole d'ACE (courtier en crédit)
3 Questions à Joël Boumendil - Fondateur et porte-parole d'ACE (courtier en crédit)

Indicateur Bertrand : Que pensez-vous de la hausse des taux ?


Joël Boumendil : La hausse demeure faible. Les emprunteurs bénéficient encore de taux très attractifs. Ils peuvent obtenir 3,30 % sur 15 ans et 3,50 sur 18/20 ans, ce qui reste particulièrement bas. Il n'y a donc pas d'inquiétude à avoir. D'autant que le marché immobilier devrait retrouver un rythme d'activité plus sain. L'année 2006 devrait être moins euphorique que les années précédentes. Il n'y aura pas retournement de tendance, mais ralentissement de l'activité et donc assagissement des prix, ce qui est une bonne chose pour les acquéreurs.


I. B. : Les spécialistes prévoient encore une hausse de l'ordre de 0,50 point sur l'année. Quelles conséquences peut avoir une telle hausse sur la capacité d'emprunt des acquéreurs ?


J. B. : Une hausse de 0,50 point est tout à fait possible sur l'année mais l'incidence n'est pas énorme sur un prêt à 3,30 ou 3,50 %. Les taux sont encore inférieurs à ceux pratiqués en début d'année dernière et les acquéreurs disposent de prêts de très longue durée pour compenser la hausse. Ce type de prêt est vraiment entré dans les mœurs et leur permet d'acheter pour l'équivalent d'un loyer. Cela dit, la hausse des taux aura certainement des répercussions sur le marché de l'immobilier en créant un petit ralentissement des transactions. Et si l'activité fléchit, les vendeurs devront sans doute revoir leurs exigences à la baisse en terme de prix.


I. B. : Dans la mesure où les taux remontent, est-il toujours intéressant d'emprunter à taux révisable ?


J. B. : Pour notre part, nous sommes spécialistes des taux fixes et la grande majorité de nos clients emprunte à taux fixe. Aujourd'hui, le différentiel entre taux fixe et taux révisable est très faible et il n'y a donc pas vraiment d'intérêt à opter pour un taux révisable. Il y a 7 ou 8 ans, il existait un gros écart entre les deux formules, de l'ordre de 2 points en faveur des taux révisables, ce qui permettait aux emprunteurs de réaliser une économie importante sur le coût de leur crédit. Aujourd'hui, avec un différentiel de 0,70 à 0,80 point, l'intérêt devient limité. Sauf pour des durées de crédit courtes. L'acquéreur qui envisage d'emprunter sur 10 ou 15 ans avec l'idée de rembourser par anticipation peut économiser sur le coût de son crédit. Mais sur 20 ou 25 ans, l'option taux révisable devient plus risquée. D'autant que les taux sont aujourd'hui très bas et qu'ils ont plus de chance de remonter que de redescendre. Cela dit, à taux révisable comme à taux fixe, les conditions d'emprunt devraient rester attractives en 2006.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur