3 QUESTIONS À JEAN-PIERRE BOURGEOIS, Directeur commercial de l'UCB

"Nous avons aujourd'hui des solutions pour emprunter à des conditions attractives"

3 QUESTIONS À JEAN-PIERRE BOURGEOIS, Directeur commercial de l'UCB
3 QUESTIONS À JEAN-PIERRE BOURGEOIS, Directeur commercial de l'UCB

Indicateur Bertrand : Peut-on dire aujourd'hui qu'il est toujours intéressant d'acheter à crédit ?


Jean-Pierre Bourgeois : Je suis un ardent défenseur de l'accession à la propriété. Nous sommes un des derniers pays d'Europe qui compte à peine 57 % de ménages propriétaires de leur logement. Par rapport au Portugal ou à l'Espagne, on est vraiment à la traîne. Même si les prix ont augmenté, il vaut mieux faire le choix d'être propriétaire. Et nous avons aujourd'hui des solutions qui permettent d'emprunter dans des conditions très attractives : taux fixe, taux révisable, longue durée, financement possible jusqu'à 100 voire 110 % du prix du bien...Il y a quelques années, la location était moins chère que l'achat. Aujourd'hui ce n'est plus le cas. En devenant propriétaire, on a une bonne vision de ses charges de remboursement, et on évite d'être à la merci comme aujourd'hui d'augmentations fortes de loyer. En outre, en privilégiant l'achat, les acquéreurs sont sûrs, au final, d'être en possession d'un capital.


I.B. : Quelles sont les raisons qui poussent les acquéreurs à continuer d'acheter malgré les prix élevés ?


J.-P. B. : Les acquéreurs qui viennent nous voir sont motivés par deux raisons. D'une part, par l'envie d'être propriétaire et de ne plus verser des loyers à fonds perdus. D'autre part, par leur préparation à la retraite. Ils savent que leurs revenus seront fortement diminués. Même les jeunes de 25, 30 ans achètent parce qu'ils sont préoccupés par leur avenir et leur retraite.


I.B. : Comment voyez-vous l'avenir du marché immobilier et l'évolution des taux d'intérêt ?


J.-P. B. : A mon sens, les prix de l'immobilier ne vont plus augmenter aussi fortement que par le passé. On est en train d'atteindre un plafond. Mais ils ne devraient pas non plus baisser car la demande reste supérieure à l'offre. Quant aux taux, ils remontent un peu mais ne devraient pas aller au-delà de 0,30 à 0,40 point de base sur toute l'année 2006. Les acquéreurs conserveront donc de bonnes conditions d'emprunt. Surtout à taux révisable. Les jeunes ménages peuvent gagner 50 € sur leur mensualité par rapport au taux fixe. Sur des revenus de 2 500 à 3 000 €, ce n'est pas négligeable. Et puis, notre formule à taux révisable sur 35 ans permet aux primo accédants de financer un logement plus grand dès le départ, ce qui leur évitera de déménager ensuite, lorsque leur famille s'agrandira. C'est un confort supplémentaire. Et s'ils veulent revendre avant le terme de leur crédit, ils pourront rembourser par anticipation sans frais.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur