1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS A JEAN-PAUL TRARIEUX, Directeur de l’habitat de l’Epa Sénart

3 QUESTIONS A JEAN-PAUL TRARIEUX, Directeur de l’habitat de l’Epa Sénart

“Sénart est un précurseur du développement durable“

3 QUESTIONS A JEAN-PAUL TRARIEUX, Directeur de l’habitat de l’Epa Sénart
3 QUESTIONS A JEAN-PAUL TRARIEUX, Directeur de l’habitat de l’Epa Sénart

Indicateur Bertrand : Sur quel rythme se développe le logement sénartais ?


Jean-Paul Trarieux : La tendance est de 700/750 logements neufs par an sur le périmètre géré par l'établissement public d'aménagement (Epa) qui dispose par ailleurs de 3 000 ha de réserves foncières. L'an dernier, le volume des ventes a reculé de 10 % alors que la baisse était de 9 % sur l'ensemble de la région Ile-de-France selon les estimations du Capem. Le prix moyen a grimpé d'au moins 5 à 6 % par an durant ces 5 dernières années et se situe dans une fourchette de 2 600 à 3 400 e/m2 moyen avec parking. Grosso modo, la fourchette resserrée atteint 2 900/3 100 e/m2 et la maison de 100 m2 coûte 300 000 e.


I. B. : Existe-t-il un esprit qualitatif ?


J.-P. T. : Certainement, Sénart est une ville peu dense et aérée, dont l'habitat collectif suscite encore des débats. J'en veux pour preuve une réunion que j'ai tenue dernièrement avec un maire, au cours de laquelle nous avons évoqué la légitimité ou non de donner des jardins privatifs à un immeuble de trois étages. Les jeunes ménages recherchent des terrasses, des loggias et pourquoi pas des jardinets en rez-dechaussée ? Le maire, quant à lui, préfère un jardin collectif avec une grille à l'entrée de crainte que les jardins privés ne soient pas assez entretenus


I. B. : Qu'en est-il du développement durable ?


J.-P. T. : Sénart a été un précurseur du développement durable et nombre d'aménageurs lui ont emboîté le pas. En juin 2006, nous avons signé une convention avec Cerqual afin de généraliser le label Habitat & Environnement qui situe la performance thermique 10 % au-dessus de la réglementation en vigueur. A Lieusaint, par exemple, où nous mettons au point un écoquartier de 30 ha, nous venons pour la première fois de consulter des opérateurs exclusivement sur leur positionnement environnemental. Les huit promoteurs, qui ont répondu à notre consultation, ont présenté des projets ambitieux dont certains annoncent des niveaux jamais atteints. De notre côté, nous formulons des propositions économiques sur la vente des terrains pour compenser le surcoût environnemental : un triple ou quadruple vitrage avec lame de gaz inerte vaut bien entendu plus cher qu'un double vitrage. Je pense que d'ici 2 à 4 ans, les coûts de ces produits seront rationalisés.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur