1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À JEAN-PAUL HUCHON Président du conseil régional d'Ile-de-France et du Stif

3 QUESTIONS À JEAN-PAUL HUCHON Président du conseil régional d'Ile-de-France et du Stif

"Les transports doivent s'adapter aux besoins"

3 QUESTIONS À JEAN-PAUL HUCHON Président du conseil régional d'Ile-de-France et du Stif
3 QUESTIONS À JEAN-PAUL HUCHON Président du conseil régional d'Ile-de-France et du Stif

Indicateur Bertrand : Pour les Franciliens, les transports figurent parmi les premières priorités. Comment le Stif y répond-il ?


Jean-Paul Huchon. : Le Stif est l'autorité organisatrice des transports de l'Ile-de- France. A ce titre, c'est elle qui définit la politique des transports, les lignes à créer ou à renforcer, de même que les tarifs, les horaires, etc. Les Franciliens se déplacent de plus en plus et pas uniquement pour travailler. Aussi, les transports doivent s'adapter avec des amplitudes horaires plus grandes et des transports toujours plus nombreux et fiables. Il faut que les transports permettent aux habitants une alternative à la voiture…Pour cela, il faut plusieurs choses : des transports nombreux, fiables, sécurisants, propres. Et qui rallient efficacement le coeur de l'agglomération et des transports en rocade autour de Paris. Enfin, il faut une politique de tarifs attractive. Tout ne se fait pas en un jour et nous n'avons pris la présidence du Stif que depuis mars 2006. Mais déjà, on avance, avec des politiques de réduction du coût des transports. Au-delà de ces mesures, le Stif et la Région investissent dans les transports : pour rénover le matériel ou le changer. Nous réalisons également de nouvelles lignes : le tramway des maréchaux, le T4 en Seine- Saint-Denis. Et demain, grâce à l'effort sans précédent de la Région qui consacre chaque année près d'un milliard d'euros aux transports, de nouvelles lignes comme la tangentielle nord.


I. B. : Des investissements sont-ils prévus sur la ligne D ?


J. -P. H. : C'est une situation paradoxale ! Le RER D est victime de son succès près de 10 ans après sa création… Il est aujourd'hui saturé, les retards y prennent des proportions importantes et sont sources de difficultés pour ses usagers toujours plus nombreux. Que faut-il faire ? La Région exige de l'Etat qu'il inscrive au prochain contrat de projet (Etat-Région) pour la période 2007-2013 les crédits nécessaires afin de restructurer l'ensemble de l'ouvrage, qu'il s'agisse du tunnel central entre la gare du Nord et la gare de Lyon ou des lignes au nord comme au sud-est de Paris… Le coût total est de l'ordre 500 à 600 millions d'euros, auxquels il faudra ajouter le coût du changement des rames, soit près de 250 millions d'euros. La Région et le Stif sont prêtes à faire tout ce qu'il faut pour apporter des solutions. Mais un chantier de cette ampleur ne peut se faire sans les départements ni l'Etat. En attendant, le Stif étudie avec la SNCF, au travers de ce que l'on nomme le "plan RER D plus", les possibilités d'améliorer d'ores et déjà les cadences et la régularité de la ligne.


I. B. : Un développement des liaisons interbanlieues, notamment en grande couronne, est-il prévu ?


J. -P. H. : Il y en a trois en chantier : le tram des maréchaux, le grand tram et les tangentielles. Ensuite, au travers du Sdrif (Schéma directeur de la région Ile-de-France), nous allons étudier à plus long terme le besoin d'une infrastructure supplémentaire en proche couronne. C'est le projet Arc Express.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur