3 QUESTIONS À Jean-Paul Fournier, Sénateur-maire de Nîmes

Indicateur Bertrand : Quels sont vos principaux projets urbains ?

3 QUESTIONS À Jean-Paul Fournier, Sénateur-maire de Nîmes
3 QUESTIONS À Jean-Paul Fournier, Sénateur-maire de Nîmes

Jean-Paul Fournier : Nîmes a gagné, entre 2001 et 2008, 12 000 habitants et cet apport de population nous a poussé à mener une réflexion approfondie en matière d'habitat. Tout en intégrant la problématique hydraulique au Sud de la ville, nous portons plusieurs projets d'aménagement. Ainsi, au Sud-Est de Nîmes, avec le Mas Lombard, nous avons l'assurance de construire un millier de logements sur environ 45 ha.


Les 60 ha restants deviendront des lieux de détente. Ce chantier démarrera probablement début 2010. À l'Est, le quartier Hoche-Sernam comprend la réalisation un campus universitaire qui ouvrira ses portes en 2013 et 160 logements étudiants seront déjà livrés à la rentrée 2010.


Nous réalisons dans ce quartier des acquisitions foncières nécessaires au bon déroulement d'un projet qui prévoit la construction d'environ 800 logements basés sur la mixité sociale.


I. B. : Comment vous positionnez-vous par rapport à Montpellier ?


J.-P. F. : Loin d'opposer Nîmes à Montpellier, je n'y vois que des complémentarités. Ainsi, nous développons les TER pour faciliter les déplacements entre les deux villes et nous appuyons les initiatives du Conseil régional dans ce domaine. Il est vrai que Nîmes a laissé passer des opportunités dans les années soixante, mais elle a été la première ville du Languedoc-Roussillon à être desservie par le TGV. Nous avons développé avec la communauté d'agglomération des zones d'activités thématiques en créant des parcs de haute technologie.


Nous mettons tout en place pour recevoir de nouvelles entreprises, notamment avec une gare TGV en site propre au Sud-Est de Nîmes. De plus, avec Alès, nous nous dirigeons vers une métropolisation avec Montpellier et Avignon.


I. B. : À quoi ressemblera Nîmes dans une dizaine d'années ?


J.-P. F. : D'ici 2020, le secteur de l'agglomération comptera entre 20 000 et 25 000 habitants supplémentaires et encore plus sur le Gard rhodanien. C'est ce qui explique la nécessité de lancer ces opérations d'aménagements sur lesquelles il conviendra de créer des équipements adaptés. Nîmes reprend sa place et l'élargissement récent de la communauté d'agglomération à quatre communes confirme cette tendance.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur