3 questions à Jean-Didier Berger

Maire de Clamart

3 questions à Jean-Didier Berger
3 questions à Jean-Didier Berger

En 2014, la mairie de Clamart a changé de couleur politique. Qu’est-ce que cela change concrètement ?


La ville a embelli sous l’effet du nouveau mobilier urbain et du fleurissement. La sécurité s’est renforcée, et va encore s’amplifier avec la vidéo-protection. En termes d’habitat, Clamart n’a connu en quinze ans que deux ou trois petites opérations privées. Par contre, des centaines de logements sociaux ont été édifiés, au point d’atteindre 28,5 %. Dès notre arrivée, nous avons lancé la révision du PLU. Et la commercialisation de programmes privés ne saurait tarder, initiée par Icade, Kaufman et Broad, Bouygues Immobilier, et Quanim en fin de commercialisation. Pour que les prix ne flambent pas, il faut produire. C’est une hérésie de donner pour unique solution le logement social.


 


Et qu’en est-il du logement intermédiaire ?


Je viens de faire transformer des projets sociaux en logements intermédiaires sur un objectif de 600 en accession sociale dans le neuf et l’ancien, soit 100 par an.


 


Quels grands projets vont contribuer à la construction de logements ?


De très grosses opérations, sur des terrains restés parfois en friche. Par exemple, autour de la future gare du Grand Paris ou encore le long du tramway T6. Près de 2 000 logements sortiront de terre dans la Zac du Panorama Clamart (sur les 13 hectares anciennement occupés par EDF), et plusieurs centaines dans l’opération Plaine Sud. Le long de la D906, passant par le Petit-Clamart, les opérateurs sont incités à racheter les terrains pour construire un petit bâti et gommer de la sorte l’aspect d’autoroute urbaine au profit d’une entrée de ville qualitative. Des démolitions reconstructions sont prévues sur le Haut-Clamart dédié jusqu’alors au logement social, sans mixité. Parallèlement, nous préservons le pavillonnaire et lui accordons davantage d’espace. Nous venons de faire réaliser 4 maisons par un architecte à la place des pavillons sociaux projetés par l’ancienne équipe municipale. Clamart est une ville très verte, pavillonnaire et bien desservie. Hélas, elle souffre d’un déficit d’image qui, je l’espère, sera résorbé au cours de cette mandature.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur