1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À JEAN-CHRISTOPHE VISIER, Directeur du département énergie, santé et environnement du CSTB

3 QUESTIONS À JEAN-CHRISTOPHE VISIER, Directeur du département énergie, santé et environnement du CSTB

"Les solutions existent pour aller vers des performances toujours plus grandes"

3 QUESTIONS À JEAN-CHRISTOPHE VISIER, Directeur du département énergie, santé et environnement du CSTB
3 QUESTIONS À JEAN-CHRISTOPHE VISIER, Directeur du département énergie, santé et environnement du CSTB

Indicateur Bertrand : Que peut-on attendre d'un logement neuf en termes d'énergie ?


Jean-Christophe Visier : Les acquéreurs de logements neufs ont un certain nombre de garanties réglementaires dans ce domaine. La RT 2005 affiche des exigences non seulement au niveau des consommations d'énergie, mais aussi en ce qui concerne le confort d'été. Cette réglementation est une première étape, qui permet de consommer deux à quatre fois moins d'énergie que dans un logement ancien. Par ailleurs, les acquéreurs trouveront bientôt sur les logements neufs un diagnostic de performance énergétique obligatoire. Semblable aux informations données pour les appareils électroménagers, ce diagnostic leur permettra de connaître la consommation énergétique de leur logement, mais aussi les émissions de CO2 générées. Enfin, des labels viennent de sortir pour les bâtiments, qui préparent l'avenir. Trois niveaux sont proposés, qui permettent d'aller bien au-delà de la RT 2005.


I. B. : Et en matière d'environnement ?


J.-C. V. : Il existe aujourd'hui des fiches de déclaration sanitaire et environnementale pour les produits et matériaux utilisés dans le bâtiment. Elaborées conjointement par le ministère du logement, les industriels et les acteurs de la construction, elles renseignent sur tous les aspects d'un matériau, les émissions éventuellement nocives, mais aussi l'impact de leur production sur l'environnement, etc. Elles ne sont pas encore obligatoires mais les acquéreurs peuvent les demander ou les consulter sur internet (www.inies.fr). Elles demeurent cependant beaucoup trop techniques, difficiles à déchiffrer pour les acquéreurs, et c'est à cela que nous devons travailler.


I. B. : Quelles évolutions peuton espérer dans ces différents domaines ?


J.-C. V. : L'un des défis à relever est de mettre rapidement la norme réglementaire au niveau actuellement visé par le label Effinergie. Contrairement à d'autres secteurs qui émettent du CO2, nous avons aujourd'hui dans le bâtiment les moyens de les réduire drastiquement. Dans le domaine de la santé, les industriels ont déjà identifié les points sur lesquels il faudrait progresser. Ils attendent un signe des pouvoirs publics, mais savent déjà sur quoi agir. Quant à la situation sur le front de l'environnement, les choses ont vraiment bougé ces dernières années et ce qui était perçu au départ comme une contrainte par certains acteurs du logement neuf, est aujourd'hui vécu comme une opportunité. Exemple : lorsque le label HQE® a été lancé pour les maisons individuelles, beaucoup de constructeurs souhaitaient se cantonner au premier niveau (HPE), alors qu'ils dépassent aujourd'hui la THPE (le niveau qui permet de faire 30 % d'économies par rapport à la réglementation).


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur