1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À Hervé Manet - Président de la FPC (Fédération des promoteurs-constructeurs) d'Île-de-France

3 QUESTIONS À Hervé Manet - Président de la FPC (Fédération des promoteurs-constructeurs) d'Île-de-France

Indicateur Bertrand: Quel bilan de 2008 dressez-vous en Île-de-France ?

3 QUESTIONS À Hervé Manet - Président de la FPC (Fédération des promoteurs-constructeurs) d'Île-de-France
3 QUESTIONS À Hervé Manet - Président de la FPC (Fédération des promoteurs-constructeurs) d'Île-de-France

Hervé Manet : Durant la première partie de l'année, les rythmes de commercialisation et le taux de désistement de 30 % ont été en ligne avec ce que nous observions au cours des années ordinaires. À partir de septembre, la brutalité de la crise financière a eu un impact puissant sur nos clients. Ceux-ci n'ont pas pu confirmer le prix de leurs reventes via un crédit-relais et financer leur apport en raison de la chute de leurs titres boursiers.


La conjugaison de ces deux phénomènes a doublé le taux de désistement au troisième trimestre.


Étant donné que nous pressentions une érosion du marché depuis septembre 2007, nous avions abandonné les opérations dont la précommercialisation se révélait insuffisante. Nos mises en vente ont été réduites de l'ordre de 40 %, entraînant par là même une chute accrue des ouvertures de chantiers.


Ainsi, notre stock construit demeure insignifiant, de l'ordre d'un millier de lots. Le prix moyen de l'offre disponible est stable, à 4 100 €/m2, toutefois des promoteurs mettent en place un accompagnement commercial. Malgré la conjoncture, les perspectives démographiques et l'envie de devenir propriétaire restent des facteurs positifs. Nous sommes conscients que nos tarifs doivent s'adapter au pouvoir d'achat. Progressivement, en 2009, nous lancerons des projets dont les prix seront corrélés à la solvabilité de nos clients.


I. B. : À votre avis, le plan de relance élaboré par le gouvernement va-t-il dans le bon sens ?


H. M. : Le plan est ciblé sur les primoaccédants par le biais du doublement du prêt à taux zéro. C'est un premier pas, mais surtout pour le lotissement et la maison individuelle. Or, notre clientèle se porte en majorité vers le collectif. Nous aurions apprécié un élargissement de la TVA à 5,5% pour déclencher une reprise immédiate de l'activité et des mesures redonnant de l'attrait à l'investissement.


I. B. : Le gouvernement a aussi annoncé que la promotion privée pourrait céder 30 000 logements en Vefa aux bailleurs sociaux. Qu'en est-il dans la région Île-de-France ?


H. M. : Soulignons que ce dispositif ne concerne que les opérations qui ne sont pas engagées. La promotion privée garde le libre-choix de proposer une offre et un prix de vente.


En aucun cas, celle-ci n'est contrainte à quoi que ce soit.


En Île-de-France, les opérateurs sociaux ont exprimé une demande de 20 000 logements et les promoteurs adhérents de la Fédération des promoteursconstructeurs ont proposé 5 000 logements. Les négociations sont en cours. Il est encore trop tôt pour savoir si nous aboutirons à des accords sur ces 5 000 lots.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur