1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À HÉLÈNE MANDROUX Maire de Montpellier, vice-présidente de Montpellier Agglomération

3 QUESTIONS À HÉLÈNE MANDROUX Maire de Montpellier, vice-présidente de Montpellier Agglomération

“Montpellier dispose de réserves foncières jusqu’en 2020”

3 QUESTIONS À HÉLÈNE MANDROUX Maire de Montpellier, vice-présidente de Montpellier Agglomération
3 QUESTIONS À HÉLÈNE MANDROUX Maire de Montpellier, vice-présidente de Montpellier Agglomération

Indicateur Bertrand : Pourquoi la politique d’aménagement de Montpellier est-elle si souvent citée en exemple dans d’autres régions ?


Hélène Mandroux : Depuis trente ans, nous menons une politique volontariste en matière de création de Zac : aujourd’hui, la ville en compte seize ! De plus en plus de promoteursconstructeurs souhaitent être présents à Montpellier. Et ils respectent totalement les contraintes imposées par la ville, qui souhaite répartir les opérations par tiers : un tiers de logements sociaux, un tiers de logements destinés à l’accession et un tiers de logements libres. A cela s’ajoutent une politique de rénovation des quartiers créés dans les années 60/70, et une volonté de redynamiser les centres en réhabilitant les appartements anciens. Nous aidons les propriétaires à rénover ce parc, en contrepartie d’un plafonnement des loyers pendant cinq ans.


I. B. : Quel rôle doivent jouer les communes de l’agglomération en matière d’habitat ?


H. M. : Après une période de mouvement vers la périphérie, nous revenons à un urbanisme plus axé sur la ville-centre et l’agglomération. Cependant, en matière de logement social, il existe encore de fortes disparités avec des communes voisines. Nous comptons 20 % de logements sociaux dans notre production annuelle, tandis que certaines villes n’en affichent que 3 à 4 %. Il importe que la production de logements sociaux soit également répartie. D’autant que la demande de logements progresse fortement sur ce territoire, en raison d’une forte présence d’étudiants et de familles monoparentales.


I. B. : Jusqu’où peut aller cette politique volontariste ?


H. M. : La ville réalise un effort de 6 Me par an avec la vente des terrains aux bailleurs sociaux et à destination des opérations en accession à la propriété. Nous allons mettre en place le service municipal de caution, afin d’aider les jeunes couples ou les étudiants locataires lors du dépôt d’une caution. Montpellier dispose de réserves foncières jusqu’en 2020, et maîtrise ainsi tout risque d’envolée des prix... Mais cela ne nous empêche pas d’être vigilants en matière de conjoncture et de phasage des opérations d’aménagement.


























Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur