1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À Guillaume de Lonlay, Directeur associé de Lonlay & Associés (conseil en investissement)

3 QUESTIONS À Guillaume de Lonlay, Directeur associé de Lonlay & Associés (conseil en investissement)

"Il faut bien étudier le foncier"

3 QUESTIONS À Guillaume de Lonlay, Directeur associé de Lonlay & Associés (conseil en investissement)
3 QUESTIONS À Guillaume de Lonlay, Directeur associé de Lonlay & Associés (conseil en investissement)


Indicateur Bertrand: va-t-on assister à une ruée des investisseurs sur certains produits, sachant que le Scellier à 25% n'est maintenu que jusqu'à la fin de l'année, avant de passer à 15 puis 10% pour les logements non-BBC?


Guillaume de Lonlay: actuellement, je ne ressens pas l'euphorie que nous avions connue à la fin du dispositif Périssol. Les investisseurs sont plus prudents, ils réfléchissent à deux fois avant de signer, ils sont même un peu frileux. Ceci dit, la situation était différente au moment de Périssol : dans les années 1996-2000, les prix montaient depuis quatre ans déjà, les rentabilités étaient très importantes, il y avait beaucoup de foncier disponible et pas de scandales sur des dispositifs antérieurs, comme c'est le cas avec le Robien. Les conditions qui entourent le Scellier sont tout de même moins favorables. Aussi, la réduction d'impôts permet d'amortir la baisse de la rentabilité que l'on a pu observer ces dernières années pour ce type d'investissement. Ceci dit, il est vrai que la conjoncture, avec notamment les taux d'intérêt qui se maintiennent à des niveaux bas et les mesures fiscales, limitées dans le temps, est favorable.



I. B. : l'amendement Bouvard-Censi a-t-il créé une aubaine pour les investisseurs ?


G. de L. : nous le trouvons plus compétitive que le dispositif Scellier pour la location nue. Les Ehpad, notamment, constituent un bon placement, puisque l'on constate un déficit de ce type de structures d'accueil. Le label est protégé, surveillé par la Ddass et par l'État ; l'entretien de ces établissements doit donc se faire régulièrement. La mise de départ peut être assez élevée, car on achète les parties communes en plus de la chambre, mais le produit distribue de bonnes rentes. Ceci dit, il ne faut prendre aucun risque, enmisant systématiquement sur les deux ou trois plus gros gestionnaires du secteur. Le même cahier des charges est demise pour les résidences de tourisme: il faut choisir les deux ou trois plus gros opérateurs. Ensuite, il faut bien étudier le foncier : si la zone est entourée de terrains constructibles, il y a danger.



I. B. : est-ce que le dispositif Scellier, nu ou meublé, s'adresse à tout le monde ?


G. de L. : comme la rentabilité de ce type de placement est assurée par l'économie d'impôts, il faut d'abord payer des impôts ! Une imposition minimum de 4000€ par an s'impose dans le cadre du Scellier nu, pour être gagnant dans l'achat d'un bien à 120000 ou 150000€. En Scellier meublé, nous comptons habituellement un grand minimum de 3000€ d'impôts par an pour que l'affaire soit intéressante pour l'investisseur.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur