1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 questions à Gilles Retière - Vice-président de Nantes Métropole, délégué à l'urbanisme et au logement et maire de Rezé.

3 questions à Gilles Retière - Vice-président de Nantes Métropole, délégué à l'urbanisme et au logement et maire de Rezé.

"Nous espérons aider 600 ménages"

3 questions à Gilles Retière - Vice-président de Nantes Métropole, délégué à l'urbanisme et au logement et maire de Rezé.
3 questions à Gilles Retière - Vice-président de Nantes Métropole, délégué à l'urbanisme et au logement et maire de Rezé.

Indicateur Bertrand : Qu'est-ce qui a amené Nantes Agglomération à proposer un prêt à 0 % ?


Gilles Retière : Sur l'agglomération de Nantes, depuis longtemps, nous faisons de gros efforts pour construire, acheter du foncier et proposer une offre en logements. Mais, nous n'avions pas encore proposé d'aides à la personne. Compte tenu des prix de l'immobilier, nous nous sommes rendu compte que cela était indispensable. Nous sommes dans une situation où les ménages n'ont plus les moyens d'acquérir. C'est pratiquement le cas sur les 24 communes de l'agglomération. Nous voulons donc les aider à accéder à la propriété.


I. B. : Depuis quand ce prêt est-il opérationnel et qui sont les bénéficiaires ?


G. R. : Ce prêt n'est mis en place que depuis un mois. Nous voulons privilégier trois cibles d'acquéreurs. D'une part, les jeunes couples dont l'un des deux à moins de 35 ans, ensuite les locataires du parc social, quel que soit leur parcours social. Et puis, nous avons aussi décidé d'intégrer les ménages qui ont des revenus à la limite des plafonds fixés pour l'obtention du prêt à 0 %. S'ils ont des revenus supérieurs de 10 % maximum aux plafonds du prêt à 0 %, ils pourront bénéficier de l'aide qui est d'ailleurs non négligeable puisqu'elle représente le double du prêt à 0 %. Entre l'aide de l'Etat et l'aide de la Communauté urbaine, cela représente trois fois le montant du prêt de l'Etat.


I. B. : Selon vous, combien d'acquéreurs sont concernés par ce financement ?


G. R. : Nous pensons pouvoir aider 600 ménages à acquérir leur logement cette année et nous espérons monter en puissance les années suivantes. Mais cela coûte cher à la Communauté urbaine. Nous avons négocié des partenariats avec trois banques : le Crédit Mutuel, le Crédit Agricole et le CIC/CIO et la semaine dernière, nous avons également accepté d'autres partenaires : la Banque Populaire Atlantique, la Caisse d'Epargne des Pays de la Loire et la Sofiap. Nous ne leur demandons pas seulement de financer le prêt mais de proposer aussi une offre de crédits complémentaires à taux intéressant. Ce n'est qu'à cette condition que nous acceptons de travailler avec eux.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur