3 QUESTIONS À Gilles Cécère, Président de la FNAIM du Rhône

Les biens anciens commencent à s'afficher au juste prix

3 QUESTIONS À Gilles Cécère, Président de la FNAIM du Rhône
3 QUESTIONS À Gilles Cécère, Président de la FNAIM du Rhône


Indicateur Bertrand: Lyon vit un recul des prix de l'ancien, semble-t-il...


Gilles Cécère : C'est juste, le marché lyonnais a enregistré une baisse des prix de l'ancien en 2008, ceci pour la première fois après dix ans de croissance.


Sur les trois premiers trimestres, les tarifs se sont maintenus avec des variations de - 1 %, 0 % et + 2%. En revanche, au 4e trimestre, la baisse a atteint - 5,7 %, un peu moins que la moyenne nationale. En janvier, la FNAIM évaluait le prix moyen à 3 033/m2 sur Lyon (- 0,4 % sur un an) et à 2 574 €/m2 à Villeurbanne (- 2,5 %).


L'agglomération lyonnaise est moins touchée parce qu'elle avait moins augmenté : + 100 % et non + 150 % comme on l'a vu dans certaines villes. En outre, elle n'a pas connu, pour l'instant, de grave choc économique, et elle est gérée “à la lyonnaise”, c'est-à-dire sans excès, mais avec de grands projets.


I. B. : Pensez-vous que la baisse des prix va continuer, voire s'accentuer ?


G. C. : Je me garderais bien de prédire - 15 % en 2009 ! Il y a trois ans, une banque avait pronostiqué - 30 % qui ne sont jamais arrivés...À mon avis, les tarifs de l'ancien, très proches de ceux du neuf, devraient se détendre, mais l'immobilier ne se juge pas sur quelques mois.


La durée moyenne de possession d'un bien est de dix ans.


I. B. : Faut-il acheter ou vendre en ce moment ?


G. C. : En tout cas, mieux vaut acheter en 2009 qu'en 2006 ou 2007, puisque le choix est plus large et les marges de négociations, possibles.


Les vendeurs ne nous écoutaient plus, mais ils évoluent.


Au 1er trimestre, nous commençons à rentrer des biens au juste prix. Ceux qui ont acquis un appartement à 100 000 € en 2000 font plutôt une bonne affaire en le revendant 210 000€ aujourd'hui. S'ils vendent dans un marché en baisse, ils rachètent aussi à la baisse, donc ils empruntent moins... Il faut rappeler que la surface préférée des Lyonnais reste le 3-pièces de 80 m2. Les quartiers recherchés sont toujours la Presqu'île, la Croix-Rousse, le 6e, le 3e et vers Sainte-Foy, dans l'ouest.


Les nouveaux secteurs, comme La Confluence, La Buire et La Duchère, bougent dans le neuf, mais cela ne signifie pas que l'ancien suive. Le 9e, le 8e et Villeurbanne ont davantage augmenté que les beaux quartiers au cours des dernières années.


Quant au marché locatif, il est demeuré soutenu au cours des six derniers mois. Un bien se reloue sur Lyon en trois mois au maximum. La demande est présente, ne serait-ce qu'en raison des ventes moins nombreuses.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur