3 QUESTIONS A GERARD MILLET - Maire de Melun

"Nous sommes une ville de province aux portes de l'Ile-de-France"

3 QUESTIONS A GERARD MILLET - Maire de Melun
3 QUESTIONS A GERARD MILLET - Maire de Melun

Indicateur Bertrand : L'habitat figure parmi vos priorités. Où en sont les différents projets de la commune?


Gérard Millet : Dans les quartiers nord, l'opération vise à dédensifier l'habitat et à le diversifier, en reconstruisant du logement social, mais aussi de l'accession à la propriété et du locatif libre. Le dossier sera transmis à l'Anru fin janvier et pourrait être adopté par son conseil d'administration en juin. Quant au projet de la Plaine de Montaigu, il s'agit d'une opération à plus long terme, qui devrait commencer fin 2007, début 2008 et verra la construction de 1 000 à 1 300 logements individuels ou semi-individuels, dont 150 logements sociaux.


I. B. : Et en centre-ville ?


G. M. : Nous avons plusieurs projets sur de petites parcelles, comme d'anciens entrepôts par exemple, mais le projet phare est celui des Anciens Moulins, car il est particulièrement bien situé, sur l'île et donnant sur la Seine, en plein centre-ville. Il s'agit d'une petite opération, d'une quarantaine de logements, mais très visible : nous avons donc procédé par appel à candidatures, qui ont été jugées sur des critères financiers bien sûr, mais aussi architecturaux. Situé dans le centre historique de Melun, ce nouveau programme devait à la fois s'intégrer au centre historique et s'harmoniser aux façades plus modernes côté Seine. Nous avons donc opté pour une architecture "à deux visages", avec un style proche de celui des Hôtels particuliers côté rue du Château, et une façade toujours classique mais plus moderne côté Seine.


I.B : Quel est le nombre de nouveaux logements à Melun et quel type de population la ville attire-t-elle ?


G. M. : Melun n'a pas l'image d'une ville de banlieue et c'est ce que nous essayons de maintenir. Grâce aux transports en commun, qui permettent d'arriver en une demi-heure à Gare de Lyon et trois quarts d'heures au centre de Paris, les habitants peuvent profiter d'une qualité de vie provinciale sans être trop loin des pôles d'emplois. Nous avons deux types de nouveaux arrivants : ceux qui reviennent en centre-ville après avoir habité en maison à quelques kilomètres. Il s'agit souvent de jeunes retraités qui souhaitent garder une grande surface en appartement, sans les contraintes de l'entretien du jardin et en se rapprochant des commodités. D'autres sont des familles avec de jeunes enfants, qui préfèrent venir à Melun et pouvoir y acheter 100 m2 plutôt que 40 m2 plus près de Paris.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur