1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À Gérard Gabillard, Directeur de l'agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole

3 QUESTIONS À Gérard Gabillard, Directeur de l'agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole

Nous allons renforcer l'aide à l'accession sociale

3 QUESTIONS À Gérard Gabillard, Directeur de l'agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole
3 QUESTIONS À Gérard Gabillard, Directeur de l'agence de développement et d'urbanisme de Lille Métropole


Indicateur Bertrand: Construit-on assez de logements sur l'agglomération lilloise ?


Gérard Gabillard : En 2005, le PLH s'est fixé un objectif de 5 000 logements par an. Nous sommes parvenus à en produire environ 3 500, avec une légère augmentation sur 2007 et 2008.


Depuis quelques années, nous notons une évasion des ménages avec enfants en périphérie et un découpage des logements anciens par des investisseurs. La difficulté est de revenir vers des prix abordables pour les familles. Nous prévoyons un engagement budgétaire de la communauté urbaine de l'ordre de 150 millions d'euros pour la politique foncière habitat jusqu'en 2014. Fin novembre, il a été décidé de mobiliser également les ressources de l'établissement public foncier Nord-Pas-de-Calais. Celui-ci consacrera 25 millions d'euros à des acquisitions et à une partie des travaux de dépollution de divers sites destinés à l'habitat. Lille Métropole s'engage à renforcer sa politique d'aide à l'accession sociale à la propriété, en s'appuyant sur le prêt à 0% et le Pass foncier.


I. B. : Un schéma de cohérence territorial va être mis en place...


G. G. : Validé fin décembre, il concerne 120 communes. Il a fallu quatre ans pour le réaliser, sur la base du bilan du schéma directeur préparé par l'agence.


Ce document exprime nos ambitions pour les 20 prochaines années.


Il sert à anticiper et coordonner le développement des infrastructures de transports, des emplois et de l'habitat pour améliorer la création de richesses.


La demande est très forte, mais elle va s'atténuer, car même si le taux de décohabitation est élevé, la croissance démographique du Nord est la plus basse de France (+ 0,8 %). À partir de 2020, 3 000 logements par an devraient suffire, d'après les projections actuelles.


I. B.: La coordination entre habitat et transports en commun est au coeur de la politique de développement...


G. G. : Le Schéma de cohérence territoriale proposait effectivement d'organiser le développement de l'offre nouvelle à proximité des stations de transports collectifs, près des Divat (disques de valorisation des axes de transport) qui dessinent un rayon de 500 m autour des stations de métro, tram et trains. Il faudra rediscuter la question de la densité. Même dans la ville nouvelle de Villeneuve d'Ascq, la question est taboue. Ainsi que dans les secteurs du Centre hospitalier régional et de Wattignies, où une Zup permettra de “continuer la ville” mais là aussi, on ne veut pas entendre parler de hauteur...



Services