1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À FRANÇOIS PÉLISSIER, Adjoint au maire de Nancy, en charge du développement économique, vice-président de la communauté urbaine du Grand Nancy

3 QUESTIONS À FRANÇOIS PÉLISSIER, Adjoint au maire de Nancy, en charge du développement économique, vice-président de la communauté urbaine du Grand Nancy

“Nouveau choix de vie pour habiter ou investir”

3 QUESTIONS À FRANÇOIS PÉLISSIER, Adjoint au maire de Nancy, en charge du développement économique, vice-président de la communauté urbaine du Grand Nancy
3 QUESTIONS À FRANÇOIS PÉLISSIER, Adjoint au maire de Nancy, en charge du développement économique, vice-président de la communauté urbaine du Grand Nancy

Indicateur Bertrand : Autour de la gare TGV Est, le quartier Nancy Grand Coeur semble totalement se redessiner ?


François Pélissier : Oui, ce grand projet urbain constitue l'occasion de cicatriser 40 ans de mal-être pour ce quartier qui a subi les affres d'une construction mal maîtrisée, si bien qu'il ressemblait par endroits à une friche, à un "no man's land" urbain. Grâce à l'arrivée du TGV Est, qui a incontestablement été l'élément déclencheur, nous allons réhabiliter cet espace de 15 ha, qui doit permettre de rapprocher le centre-ville de la partie historique de Nancy, le tout piloté par l'architecte Jean-Marie Duthilleul.


I. B. : Concrètement, que proposez-vous ?


F. P. : Il nous faut gagner un triple pari. D'abord celui des flux et de la mobilité en accueillant 7 millions de voyageurs par an contre 4 millions auparavant. Ce qui nécessite de bien gérer l'intermodalité, c'est-à-dire le passage entre les différents modes de transport : TGV, mais aussi trains régionaux et grandes lignes, autobus urbains et suburbains, tramway, taxis, vélos et piétons. S'y ajoute un réel pari urbain avec la réhabilitation de la place Thiers, située en face de la gare. Un appel à concours a été lancé, pour une réalisation dans les 2- 3 ans à venir. Et troisièmement un pari économique, en créant de l'activité, en attirant les entreprises. Sur la place de la République un bâtiment de verre et d'acier de 8 500 m2 a ainsi été construit avec 7 000m2 de bureaux livrés et presque tous commercialisés. Il constitue également une liaison abritée entre les halles des trains et des tramways. Enfin, un centre de congrès va être réalisé au pied du TGV à l'horizon 2010-2011. Mais d'autres programmes de rénovation d'envergure ont vu le jour comme celui touchant les Rives de Meurthe, avec 1 500 logements prévus, 20 000m2 de bureaux, des équipements publics et un vaste jardin.


I. B. : Justement, quel est à votre avis, l'impact de ces rénovations sur l'immobilier nancéien ?


F. P. : Il reste difficile à appréhender car l'arrivée du TGV Est est récente. Mais 2005 et 2006 ont été des années excellentes pour l'immobilier à Nancy. Et, en ce qui concerne le marché des particuliers, les prix demeurent raisonnables. Certains programmes dans le neuf sont déjà vendus avant d'avoir démarré, ce qui constitue une nouveauté. Pour le prix d'un appartement parisien, on peut avoir beaucoup plus de surface et des conditions de vie bien meilleures. Je crois aussi que le fait de partir de Nancy à 7 h du matin pour se trouver à 9 h en réunion à Paris avec un retour vers 14 h au bureau, peut donner envie à des chefs d'entreprise, à des hauts fonctionnaires ou à des universitaires d'investir à Nancy pour y habiter. D'autant qu'ils peuvent aussi se rendre facilement à Nantes, Lille ou Bordeaux. Un nouveau choix de vie s'offre donc à eux.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur