3 questions à François Payelle

Président de la fédération des promoteurs immobiliers

3 questions à François Payelle
3 questions à François Payelle

Explorimmoneuf. Que pensez-vous des annonces faites par le gouvernement sur l’investissement locatif ?


François Payelle : Les annonces faites par Manuel Valls fin août nous paraissent aller dans le bon sens. Les pouvoirs publics ont pris conscience de l’ampleur de la crise qui frappe le secteur et menace gravement ses entreprises et l’emploi. Néanmoins, il faudrait aller plus loin et beaucoup plus vite.


 


Explorimmoneuf. Avez-vous des précisions complémentaires par rapport aux annonces de Manuel Valls ?


F. P. : Pour l’instant, nous sommes dans le flou et nous attendons avec impatience le texte qui viendra entériner ces annonces. Il semblerait que ces dispositions soient traduites dans la loi de Finances pour 2015. Pour le moment, le dispositif d’incitation à l’investissement locatif Duflot qui devrait être rebaptisé Pinel, apporte quelques nuances au dispositif existant. Il va permettre aux investisseurs de louer à leurs ascendants/descendants alors que cette possibilité avait été supprimée dans le Duflot. Avec le Pinel, il sera aussi autorisé de faire le choix entre trois durées d’engagement de location, en principe 6, 9 ou 12 ans. Là encore, c’est une nouvelle souplesse. Selon l’option, la réduction d’impôt s’établira à 12% sur 6 ans, 18% sur 9 ans et 21% sur 12 ans. Mais, pour le moment, nous n’en savons pas plus sur les modalités d’application. Clairement, si le texte est conforme à ce qui a été annoncé, il répondra à la demande des investisseurs.


 


Explorimmoneuf. Pensez-vous que ce dispositif relance l’investissement locatif et faudrait-il d’autres mesures pour rassurer les investisseurs ?


F. P. : Il faudrait que la concrétisation de ces annonces se fasse très vite. Les trois derniers mois de l’année sont stratégiques pour l’investissement locatif et nous ne pouvons pas rester dans le flou. À mon sens, il manque une chose à ces mesures pour qu’elles aient un impact fort : il faudrait que le plafonnement des niches fiscales soit relevé pour le Pinel. Si l’on considère que le logement est une priorité nationale, compte tenu de son importance pour l’économie et l’emploi, il faut que les investissements dans le logement soient éligibles, non pas au plafond des niches fiscales majoré à 10 000 €, mais à celui des 18 000 €.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur