1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À FRANÇOIS KLIBER, Directeur général des financements immobiliers de GE Money Bank

3 QUESTIONS À FRANÇOIS KLIBER, Directeur général des financements immobiliers de GE Money Bank

Quelle offre proposez-vous en termes de prêt "in fine" aux investisseurs ?

3 QUESTIONS À FRANÇOIS KLIBER, Directeur général des financements immobiliers de GE Money Bank
3 QUESTIONS À FRANÇOIS KLIBER, Directeur général des financements immobiliers de GE Money Bank

François Kliber : Nous avons un produit in fine très souple, baptisé Kpito, et qui se décline en 2 périodes. La première peut s'étaler sur 15 ans. Durant cette période, l'investisseur ne paie que les intérêts. Au terme de celle-ci, il peut soit vendre son bien et rembourser le crédit, soit décider de conserver son bien et d'amortir le capital emprunté sur une période complémentaire de 10 ans. S'il a une rentrée d'argent, l'investisseur peut aussi opter pour un remboursement ponctuel. Il peut encore utiliser les loyers qu'il perçoit et les dédier au remboursement du prêt durant cinq ou six mois s'il le souhaite, puis revenir au paiement seul des intérêts. En outre, il n'est pas obligé d'attendre la fin de la première période pour basculer sur la seconde. Bref un produit qui allie les avantages du "in fine" avec une flexibilité permanente.


I. B. : Exigez-vous comme garantie un produit d'assurance vie en adossement ?


F. K. : Chez GE Money Bank, il n'y a aucune obligation d'adossement à un produit d'assurance vie dès lors que l'emprunt n'excède pas 80 % de la valeur du bien. En revanche, si l'investisseur souhaite un montage financier à 100 % de son achat, nous lui demandons une garantie qui se traduit par une délégation en notre faveur d'un contrat d'assurance vie à hauteur de 20 % du montant du prêt. Il peut choisir son contrat car nous n'avons pas vocation à lui vendre un quelconque produit, même si nous pouvons lui procurer cette offre.


I. B. : Pour ce type de formule, vous proposez des taux révisables. N'est-ce pas un peu risqué et que pensezvous de l'évolution des taux pour les mois à venir ?


F. K. : Sur l'OAT qui sert de référence aux prêts à taux fixe la tendance est plutôt à la remontée des taux. Nous pensons qu'ils vont remonter de façon substantielle durant les trois derniers mois de l'année car les entreprises investissent et font des appels importants sur les capitaux longs, ce qui devrait contribuer à la remontée des taux longs. A l'inverse, les taux courts, qui ont beaucoup grimpé ces derniers mois, devraient se calmer. Il y a tout lieu de penser que le différentiel entre taux longs et taux courts va redevenir plus normal. Pour notre part, c'est dans la flexibilité que se trouve l'intérêt de nos crédits. C'est grâce aux taux courts que nous pouvons proposer des solutions aussi performantes. L'emprunteur ne se trouve pas devant une formule figée comme dans un crédit à taux fixe, il peut changer de stratégie à tout moment pendant la période in fine de son prêt. Il n'est pas enfermé dans une formule pendant dix ou quinze ans.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur