3 QUESTIONS À François de Mazières, Maire de Versailles

"Des dizaines de chantiers confiés à de jeunes architectes"

3 QUESTIONS À François de Mazières, Maire de Versailles
3 QUESTIONS À François de Mazières, Maire de Versailles


Indicateur Bertrand : Versailles a deux grands projets en cours, sur l'hôpital Richaud et autour de la gare des Chantiers. Quand seront-il achevés ?


François de Mazières : le premier projet, très important, confié a Wilmotte assisté par l'architecte du château de Versailles pour la partie ancienne, devrait sortir dans les 3 à 4 ans. Quant à l'autre projet, complexe, autour des Chantiers, j'ai été amené à le revoir pour préserver au maximum la nature et notamment les bassins historiques, ce cadeau de l'Histoire. J'ai, de ce fait, négocié avec Nexity. Cette opération devrait s'achever dans environ 5 ans autour du pôle multimodal de la gare, et nous effectuons actuellement une révision de notre PLU (Plan local d'urbanisme). Nous avons aussi une opération très intéressante de 60 logements dans la caserne Vauban, un bâtiment historique.


Ils s'ajouteront à la résidence pour étudiants du projet Richaud.



I. B. : qu'en est-il de l'environnement ? De la mixité sociale ?


F. de M. : Versailles est une ville "jardin", dans laquelle nous développons de vraies pistes cyclables. Pour son image touristique, nous travaillons le mobilier urbain, subventionnons les ravalements…Selon l'Insee, notre population de 88 000 habitants aurait légèrement baissé, mais cela nous a surpris.


Notre pyramide des âges est gonflée aux extrémités. Nous avons plus de 17 % de logements sociaux, sans compter les nombreux logements militaires de Satory qui pourraient compter dans cette catégorie. Contrairement aux idées reçues, notre population est diverse.



I. B. : en tant que président de la cité de l'architecture et du patrimoine de Chaillot, comment percevez-vous l'architecture de Versailles ?


F. de M. : les résidences de standing sont globalement assez positives, mais nous manquons de réalisations marquantes de grands architectes, comme à Paris et dans des villes de province. J'ai négocié avec l'État pendant un an et demi le rachat de l'hôpital Richaud pour pouvoir faire l'opération avec Wilmotte. À côté de cela, nous avons lancé une dizaine de chantiers, dont des gymnases ou des pépinières d'entreprise que nous avons confiés à de jeunes architectes lauréats des Naja (Nouveaux albums des jeunes architectes).


Cela devrait marquer un peu le renouveau de l'architecture de Versailles. Ce sera une architecture contemporaine, non démonstrative, mais élégante.


Pour l'habitat, nous avons un quartier historique, mais aussi de plus récents, dans lesquels nous pouvons nous permettre davantage de liberté.

Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur