1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS A EDGAR MENGUY Adjoint au maire de Rouen, chargé de l'urbanisme et de la ville

3 QUESTIONS A EDGAR MENGUY Adjoint au maire de Rouen, chargé de l'urbanisme et de la ville

“Il faut sortir 1 000 à 1 200 logements par an"

3 QUESTIONS A EDGAR MENGUY Adjoint au maire de Rouen, chargé de l'urbanisme et de la ville
3 QUESTIONS A EDGAR MENGUY Adjoint au maire de Rouen, chargé de l'urbanisme et de la ville

Indicateur Bertrand : Quels sont les objectifs en matière de construction de logements ?


Edgar Menguy : Le programme local de l'habitat a fixé un objectif de 5 000 logements d'ici 2013. Pour le tenir, il faut sortir 1 000 à 1 200 logements par an. En 2006, 1 600 autorisations de construire ont été délivrées, 1 400 en 2007. Cinq quartiers sensibles (Châtelet/Lombardie, Grammont, Grand'Mare et les Sapins) sont en refonte dans le cadre du Grand projet de ville. La reconquête de nombreuses friches industrielles permet de mieux équilibrer le développement de la ville sur les deux rives, avec en particulier la réhabilitation des hangars et des docks et les constructions en cours rive gauche. Il faut y ajouter toutes les opérations de rénovation urbaine en centre-ville.


I. B. : Intervenez-vous auprès des promoteurs pour faciliter l'accès à la propriété ?


E. M. : Nous opérons à la cession de foncier en fixant à l'avance le prix de sortie des logements. On se situe entre 2 200 et 3 100 e environ. Cet accord comprend une clause anti-spéculative, sur 5 ans en général. Rouen compte par ailleurs 27 % de logements sociaux. En juillet dernier, nous avons apporté une nouvelle modification au PLU pour favoriser la mixité sociale dans l'habitat. Les nouveaux programmes d'au moins 30 logements dans les centrevilles de la rive droite et de la rive gauche et leurs extensions devront intégrer au moins 20 % de logements sociaux. Ceux qui se situeront dans des quartiers déjà très dotés en logements sociaux devront disposer d'au moins 20 % de logements autres que locatifs sociaux.


I. B. : Une opération de villas urbaines durables vient de s'achever. D'autres projets équivalents sont-ils prévus ?


E. M. : Onze logements ont été livrés rue Mac-Orlan. Les terrains de l'ancienne caserne Pélissier accueilleront à terme 56 logements le long de la rue Louis-Blanc. Une seconde opération du même type, qui conjugue mixité sociale et prescription en terme HQE, est en cours dans la Zac Aubette- Martainville, près du CHU. Une offre de 130 logements répondant à des critères de haute qualité environnementale sera développée sur 10 000 m2 (Immobilière Basse-Seine et Kaufman & Broad).























Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur