1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À CLAUDE POMPÉO - Ingénieur chargé des transferts thermiques et des transferts d’humidité au CSTB*

3 QUESTIONS À CLAUDE POMPÉO - Ingénieur chargé des transferts thermiques et des transferts d’humidité au CSTB*

“L’avenir est à l’isolation par le vide”

3 QUESTIONS À CLAUDE POMPÉO - Ingénieur chargé des transferts thermiques et des transferts d’humidité au CSTB*
3 QUESTIONS À CLAUDE POMPÉO - Ingénieur chargé des transferts thermiques et des transferts d’humidité au CSTB*

I.B. : Quel est le rôle du CSTB ?


Claude Pompéo : Notre mission est d’améliorer le bien-être et la sécurité dans les bâtiments et leur environnement. Dans cette optique, nous évaluons la qualité des produits destinés au bâtiment. La recherche est une autre de nos activités principales. À Grenoble, notre équipe s’occupe des nouveaux matériaux d’isolation, et des transferts d’humidité dans le bâtiment.


I. B. : Les produits d’isolation thermique sont-ils toujours plus performants ?


C. P. : Oui. Leurs propriétés ont fait un bond en avant notable, sous l’impulsion de la RT2005. Mais depuis quelques années, les performances thermiques atteintes avec les isolants contenant de l’air ne possédaient quasiment plus de marge de progrès. En effet, l’air immobile ayant une conductivité thermique de 25 mW/mK, nous nous heurtions à des limites physiques incontournables ! Afin de contourner ce problème, nous avons choisi de recourir au vide et de développer les produits nanostructurés. Des solutions permettant de baisser les seuils de conductivité thermique, et donc d’améliorer l’isolation des produits.


I. B. : L’avenir semble donc être au sous-vide et aux produits nanostructurés ?


C. P. : Absolument ! Notre objectif est de renforcer l’isolation thermique de l’enveloppe des bâtiments. Seul problème : le recours aux produits traditionnels (fibres et mousses cellulaires) entraîne une augmentation de l’épaisseur des isolants, qui peut atteindre 40cm! L’idée, c’est donc d’éliminer le gaz en faisant le vide dans une enveloppe étanche, suivant le principe de la bouteille Thermos. Une bonne façon de réduire la conductivité thermique des matériaux isolants. D’autres produits commencent à apparaître ; ils sont à base de nanostructures, de très fines particules sous forme d’un feutre, dans lequel sont insérés des aérogels de silices. Ces particules sont appliquées comme un isolant classique, mais sont jusqu’à trois fois plus efficaces. Enfin, nous travaillons sur une dernière piste : celle des matériaux à changement de phase. En absorbant puis en rejetant les calories de l’air ambiant, ils peuvent jouer un rôle essentiel dans le maintien d’une température de confort à l’intérieur des bâtiments. Une voie à explorer, pour toujours plus de confort dans la maison ! * Centre scientifique et technique du bâtiment?


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur