3 QUESTIONS À Bertrand Mours, Président de la FPC des Pays de Loire

Indicateur Bertrand : L'observatoire du logement de la métropole Atlantique, qui analyse le territoire du Scot Nantes-Saint-Nazaire et de Cap Atlantique, souligne des tendances atypiques. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

3 QUESTIONS À Bertrand Mours, Président de la FPC des Pays de Loire
3 QUESTIONS À Bertrand Mours, Président de la FPC des Pays de Loire

Bertrand Mours :Au-delà des sensations et des effets d'annonces catastrophistes, il est important d'avoir un aperçu fiable de la situation. C'est en cela que notre observatoire est un outil précieux. Le bilan 2008 souligne en effet une baisse d'activité, mais dans une proportion bien moindre à la moyenne nationale, estimée à 37,6 %.


Nantes a un comportement un peu atypique : la métropole représente 63 % de l'offre régionale. Ici, les produits mis sur le marché ont chuté de 22 %, contre 40% dans les Pays de Loire, et l'offre disponible y a augmenté un peu plus rapidement (+ 24 % contre 8 %). Mais les prix se tiennent assez bien, malgré une augmentation des rythmes de commercialisation.


Sur l'agglomération, la situation n'est pas préoccupante : les stocks se maintenaient entre 2 % sur le centre et 4 % dans la métropole en fin d'année dernière. L'enjeu va être qu'ils n'augmentent pas trop d'ici à la fin du 1er semestre, quitte à suspendre ou revoir certains programmes, comme cela a été fait au dernier trimestre 2008. Les promoteurs restent attentifs à l'évolution du marché, pour réagir de la meilleure façon possible.


Dans les mois qui viennent, nous espérons pouvoir élargir notre terrain d'observation à la région d'Angers, un territoire qui représente environ 650 logements par an.


I. B. : La baisse est plus forte sur le marché des investisseurs (42% des acheteurs en 2008 avec 30% d'activité en 2008 contre - 17 % sur l'ensemble). Quels éléments pourraient le redynamiser dans ce contexte de crise ?


B. M. : Plusieurs dispositifs sont susceptibles de donner des couleurs au marché et de répondre aux besoins : la loi Scellier, qui va prendre la suite des dispositifs Borloo et Robien, représente un atout pour le marché d'une grande métropole.


D'autant plus qu'elle peut s'ajouter au doublement du PTZ (Prêt à taux zéro). L'extension du Pass-foncier au collectif – qui permettrait de reporter l'acquisition du foncier sur jusqu'à 25 ans – pourrait aussi apporter un excellent levier pour les acquéreurs des 2-pièces. Enfin, on estime que la mesure des 30 000 logements – qui permet le rachat de logements en Vefa par des organismes HLM – va concerner plus de 500 logements sur le périmètre Nantes/Saint-Nazaire. Cela équivaut à plus d'un trimestre de commercialisation.


I. B. : Comment envisagez-vous la situation sur les prochains mois ?


B. M. : L'équilibre est en train de se rétablir entre vendeur et acheteur sur le marché de l'ancien. Dans le neuf, les acquéreurs ont l'opportunité d'un choix plus large, de voir des résidences quasiment achevées et de bénéficier de quelques promotions. La demande reste forte. Lors des salons immobiliers, les commercialisateurs enregistrent des contacts pertinents.


* Fédération des promoteurs-constructeurs



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur