3 questions à Bernard Vorms, Directeur général de l’Anil

Indicateur Bertrand: Depuis le début de l’année, les Adil ressentent-elles un regain d’intérêt des primo-accédants pour l’accession à la propriété ?

3 questions à Bernard Vorms, Directeur général de l’Anil
3 questions à Bernard Vorms, Directeur général de l’Anil

Bernard Vorms :On constate un léger retour de ces consultations, mais très contrasté selon les départements. Comme on pouvait le prévoir, ce mouvement est plus sensible dans les régions traditionnelles d’accession et plus particulièrement de construction de maisons individuelles. La plupart des consultations portent sur la possibilité d’accéder à la propriété ou de faire construire. La réalisation de plan de financement tenant compte des aides actuelles conduit certains à orienter leur projet non encore déterminé vers la construction plutôt que vers l’achat d’un logement ancien, y compris dans des départements comme la Seine-Saint-Denis. Quelques Adil constatent une très forte progression des consultations d’accession : il semble que cela corresponde à la mise en place d’une aide locale accordée par une collectivité locale importante (par exemple, la Communauté urbaine de Brest, la Vendée, et l’Hérault, La Réunion...), d’autant que l’aide locale est alors fortement médiatisée. En revanche, dès l’annonce de la mise au point de l’éco-prêt, les demandes d’information ont été très nombreuses sans qu’il existe encore une offre vers laquelle s’adresser pour les demandeurs.



I.B. : Constatez-vous une réelle resolvabilisation des acquéreurs grâce à la baisse des prix, la chute des taux et aux dispositifs mis en place par le gouvernement ?


B.V. : Les effets de la hausse des années 2007 et 2008 sont maintenant effacés. De plus, les écarts entre barèmes à taux variable et à taux fixe sont revenus à un niveau normal, de l’ordre d’un demi-point en faveur des taux variables. L’offre de prêts très longs a disparu. Elle a accompagné la désaffection à l’égard des barèmes à taux révisables. Cela s’ajoute à la puissance de l’aide apportée par la combinaison des aides publiques aux primo-accédants dans le neuf.



I.B. : La plupart de ces dispositifs nécessitent une aide des villes, agglomérations, départements. Sont-ils plus nombreux à proposer des subventions aux accédants ?


B.V. : Le site de l’Anil recense en temps réel la totalité des aides accordées par tous. Et cette liste évolue très rapidement. L’accédant a tout à y gagner. L’aide peut être considérable : le montant actuariel du cumul de toutes les aides mobilisées pour une opération (prêt à taux zéro doublé, aide locale, aide du 1 % logement, TVA à taux réduit et crédit d’impôt) peut approcher 40 % du coût de l’opération.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur