1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À AUDE DEBREIL, Directrice générale de l'Etablissement public foncier des Yvelines (EPFY)

3 QUESTIONS À AUDE DEBREIL, Directrice générale de l'Etablissement public foncier des Yvelines (EPFY)

"Un outil au service des projets d'habitat"

 3 QUESTIONS À AUDE DEBREIL, Directrice générale de l'Etablissement public foncier des Yvelines (EPFY)
3 QUESTIONS À AUDE DEBREIL, Directrice générale de l'Etablissement public foncier des Yvelines (EPFY)

Indicateur Bertrand : Le concept d'Etablissement public foncier (EPF) n'est pas nouveau.


Aude Debreil : C'est exact, le plus ancien EPF "d'Etat" est né à Rouen en 1968, suivi par ceux de Lorraine, du Nord-Pas-de-Calais, de l'Ouest-Rhône-Alpes et enfin de PACA. Ces établissements sont créés par l'Etat qui assure leur tutelle même s'il n'est pas toujours membre du conseil d'administration composé de représentants des collectivités locales. A contrario, les EPF locaux ne sont pas soumis au contrôle de l'Etat ; ils sont constitués sur la base du volontariat par les agglomérations et peuvent avoir un territoire discontinu, qualifié de "peau de léopard" par les urbanistes.


I. B. : En Ile-de-France, l'Etat vient de créer des EPF, notamment dans les Yvelines ?


A. D. : Quatre EPF ont été créés en Ile-de-France, dont 3 départementaux dans les Yvelines, les Hauts-de-Seine et le Val d'Oise, et un établissement dit "régional" couvrant le reste de la région et Paris. L'EPF des Yvelines, créé par décret le 13 septembre 2006, est administré par 3 représentants de l'Etat, 8 du Conseil général, qui a été moteur dans la création de l'établissement, et 5 délégués des communes et agglomérations. Par nature, l'EPF est au service des collectivités et en aucun cas un donneur d'ordre : c'est un outil pour les aider à formaliser leurs objectifs et à atteindre ceux-ci. Ni aménageur ni constructeur, il produit des études foncières, réalise des acquisitions et porte temporairement les biens acquis, fait effectuer les travaux de remise en état des sols. Sa logique n'est pas de densifier à tout prix, mais de © Mairie du Plessis-Robinson contribuer à un développement équilibré et durable des Yvelines.


I. B. : Dès lors quels secteurs devraient évoluer ?


A. D. : L'EPFY, s'il est au service de toutes les collectivités, inscrit ses priorités d'action dans celles de l'Etat et du Département. Les territoires appelés à renforcer leur développement sont les pôles prioritaires et les pôles d'appui définis dans le Schéma d'aménagement et de développement équilibré des Yvelines, les zones urbanisées de l'Est et le périmètre des deux OIN. Nous avons déjà signé deux conventions avec Rocquencourt et Noisy-le-Roi et d'autres sont en préparation : Boucles de Seine, Fourqueux… Les collectivités perçoivent de mieux en mieux l'EPF comme un outil consensuel au service de leurs projets d'habitat et de développement économique.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur