3 QUESTIONS À Arnault Guin, Architecte DPLG à Cabannes

L'architecture bioclimatique gaspille moins d'énergie

3 QUESTIONS À Arnault Guin, Architecte DPLG à Cabannes
3 QUESTIONS À Arnault Guin, Architecte DPLG à Cabannes


Indicateur Bertrand: Quels sont les grands principes de l'architecture bioclimatique?


Arnault Guin: C'est en premier lieu, des matériaux sélectionnés avec soin. Ils doivent être le moins nocifs possible et gaspiller le moins d'énergie possible, sur tout leur cycle de vie. Le bois est un très bon exemple, le plâtre aussi. On utilise souvent des matériaux “oubliés”, dont on avait perdu la technicité.


En retravaillant ceux-ci, nous leur donnons un esprit contemporain. L'architecture bioclimatique, c'est également concevoir l'enveloppe du bâtiment de telle manière que ce dernier soit le moins gourmand possible en énergie. Pour cela, nous tirons profit au mieux des atouts du site.


Il est évident que nous n'aurons pas les mêmes approches à Tokyo, Miami ou Marseille! Dans le Sud de la France, par exemple, nous installerons de grandes baies vitrées au sud, pour capter le soleil en hiver. Mais nous n'oublierons pas les persiennes et les volets... pour éviter les surchauffes.


Ces principes sont plus simples à appliquer dans le neuf que dans l'ancien. Isoler par l'extérieur, par exemple, n'est pas possible quand la maison ancienne a des murs en pierres apparentes.


I. B.: L'architecture bioclimatique est-elle en train de prendre de l'ampleur ?


A. G.: Oui, sans aucun doute. Pourtant, dès les années 70, les architectes planchaient déjà sur ce sujet. Mais à l'époque, ils étaient considérés commedes extraterrestres! Ces dernières années, l'architecture bioclimatique a fait un retour en force, portée par l'engouement pour l'écoconstruction.


L'engagement de l'État dans ce domaine a donné une réelle impulsion. Ça tombe bien, les technologies ne cessent de s'améliorer: chauffage solaire, géothermie, chaudières à bois, eau chaude sanitaire, VMC double flux... Mais, pour que la démarche soit cohérente, il faut d'abord réduire les besoins, en soignant l'enveloppe, c'est-à-dire l'isolation.


I. B.: Quels sont les effets sur le confort des habitants ?


A. G.: Déjà, cela permet d'éviter les sensations de “parois froides”. Si l'air ambiant est à 19°C, et que les murs sont à la même température, vous vous sentirez bien dans une pièce. En revanche, si les murs sont à 15°C, vous aurez alors une sensation de froid.


Et il vous faudra surchauffer votre logement pour avoir une sensation de bien-être.


Il faut savoir que certains matériaux, comme les plaques de plâtre, montent plus vite en température que d'autres.


Nous les privilégions, de même que les matériaux capables de réguler l'humidité. Une maison bioclimatique favorise l'éclairage naturel. Enfin, la ventilation est particulièrement soignée. L'idée, c'est de renouveler l'air sans faire entrer de l'air froid à l'intérieur.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur