1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À Arlette Fructus, Maire adjoint de Marseille chargée de l'Habitat et du Logement

3 QUESTIONS À Arlette Fructus, Maire adjoint de Marseille chargée de l'Habitat et du Logement

"3 000 bénéficiaires du Chèque Logement"

3 QUESTIONS À Arlette Fructus, Maire adjoint de Marseille chargée de l'Habitat et du Logement
3 QUESTIONS À Arlette Fructus, Maire adjoint de Marseille chargée de l'Habitat et du Logement


Indicateur Bertrand: le chèque Premier logement remplit-il sa fonction ?


Arlette Fructus : le Chèque Premier logement prend toutes les allures d'un succès : nous avons atteint 1 011 bénéficiaires alors qu'ils n'étaient que 172 en avril 2008. Ce Chèque Premier logement a fait partie du plan de relance qui a notamment aidé les promoteurs constructeurs – qui nous ont suivi sur ce dispositif – à écouler une partie de leurs opérations. En tout, 3 000 personnes ont été bénéficiaires de cette initiative.


Non seulement, elles ont reçu une subvention de 4 000 € de la Ville, mais celle-ci a constitué un effet de levier. Il est en tout cas gratifiant de constater qu'une action publique a autant d'effets, car le Chèque Premier logement a imaginé, avant le lancement du Pass-foncier, le système du portage.



I. B. : le pass-foncier est accessible à Marseille. Quels en sont les effets ?


A. F. : la ville soutient en effet depuis quelques mois le dispositif du Pass-foncier, qui est désormais opérationnel. Le Chèque Premier logement et le Pass-foncier répondent à des critères, notamment de revenus, qui relèvent du logement social.


C'est donc un réel coup de pouce qui est donné et qui correspond à une demande. Ces deux mesures ont un impact en matière de libération du parc social puisqu'un accédant sur trois qui bénéficie de ces mesures en est issu. Nous avons en outre délibéré sur le prix des logements au m2 et j'ai obtenu des promoteurs que 40 % de la production de logements en pass-foncier soit à 2 600 €/m2, ce qui correspond à la solvabilité d'une forte partie des Marseillais.



I. B. : l'objectif de production des 5 000 logements annuels est-il atteint ?


A. F. : cet objectif de 5 000 logements neufs par an a été atteint en 2009, dont plus de 1 500 logements sociaux.


Le chantier est gigantesque et le rythme de production de logements est maintenu, même si, en raison d'un ralentissement des dépôts de permis de construire lié à la crise, nous risquons d'en ressentir les effets sur le marché d'ici à deux ans.


Se fixer ce niveau de production pendant une décennie est possible grâce à la conjugaison de l'effort, initié dès 1995, de sécuriser les Marseillais en termes d'emploi et d'une action en matière de logement.


C'est cette corrélation qui nous oblige à être en tension sur la production de logements. Sans cette sécurité pour les Marseillais et sans l'aspect attractif pour les entreprises, il ne sert à rien de proposer une offre de logements.


Aujourd'hui, Marseille est entrée dans une dynamique avec des atouts dont elle ne disposait pas dix ans plus tôt.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur