1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À ANNE HIDALGO, 1er adjointe au maire de Paris, présidente de la Sempariseine

3 QUESTIONS À ANNE HIDALGO, 1er adjointe au maire de Paris, présidente de la Sempariseine

“30 000 logements sociaux financés depuis 2001”

3 QUESTIONS À ANNE HIDALGO, 1er adjointe au maire de Paris, présidente de la Sempariseine
3 QUESTIONS À ANNE HIDALGO, 1er adjointe au maire de Paris, présidente de la Sempariseine

Indicateur Bertrand : Quels sont les motifs de la fusion de la Semea 15 et de la Sem Paris-Centre ?


Anne Hidalgo : A Paris, plusieurs Sociétés d'économie mixte (Sem) accompagnent les projets d'aménagement. Les deux Sem qui fusionnent sont liées à des ouvrages des années 70 qu'il faut réparer très fortement : la Semea 15 a la charge de l'opération Front de Seine/Beaugrenelle et la Sem Paris-Centre du forum des Halles. Maintenant regroupées au sein de la nouvelle Sempariseine, ces deux Sem verront leur métier et leurs compétences en aménagement se compléter. Existe aussi derrière cette fusion, la perspective de faire de cette nouvelle Sem un futur outil d'aménagement parisien, notamment du centre et de l'Ouest parisien. En terme d'habitat, les deux Sem avaient un volume de gestion locative assez faible. Ce métier va se poursuivre. Elles essaieront aussi d'être très présentes sur la construction de logements sociaux. J'ai la conviction que les Sem sont des outils d'une grande modernité, très utiles aux collectivités : elles permettent de nouer des partenariats publics-privés qui sont profitables in fine à l'intérêt général. Je pense aux partenariats sur les Halles avec Unibail et sur Beaugrenelle avec Apsys. De telles opérations suscitent des retombées intéressantes pour la population, y compris sur le plan des services publics.


I. B. : Faut-il s'attendre à d'autres regroupements comparables ?


A. H. : Même avant 2001, il y a eu des études sur les évolutions du dispositif Sem, notamment dans l'idée de n'avoir plus qu'une Sem Rive gauche et une Sem Rive droite. Mais la fusion d'aujourd'hui est la première décision importante concernant le rapprochement des Sem parisiennes. On verra pour la suite. Pour le moment, il n'y a pas d'autre projet à court terme.


I. B. : Que pensez-vous de la proposition de Françoise de Panafieu de construire 4 000 logements par an ?


A. H. : Cette proposition vague montre clairement son refus de construire du logement social et la négation des besoins des Parisiens. Or, Paris a connu ces derniers temps une explosion des prix immobiliers. Nous considérons, nous, municipalité actuelle autour de Bertrand Delanoë, que la construction de logements sociaux sert l'ensemble des Parisiens. Nous avons 100 000 demandeurs, et dans tous les arrondissements, même le 17e ! La Ville de Paris a financé la production de 30 000 logements sociaux depuis 2001.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur