3 questions à ANDRÉ PLAISANCE - Maire de Saint-Martin-de-Belleville

“L’immobilier de loisirs essentiel au développement économique”

3 questions à ANDRÉ PLAISANCE - Maire de Saint-Martin-de-Belleville
3 questions à ANDRÉ PLAISANCE - Maire de Saint-Martin-de-Belleville

Indicateur Bertrand : Vous êtes maire d’une commune qui compte trois stations, Saint- Martin, Val Thorens et Les Ménuires. L’immobilier de loisirs se développe-t-il sur le village ?


André Plaisance : Nous avons voulu préserver le village et son développement touristique est inscrit dans les règles d’urbanisme depuis 1983. Une Zac récente mixte habitat permanent et habitat touristique avec 200 lits déjà réalisés en résidence de tourisme auxquels s’ajouteront d’ici deux ans trois lots d’une surface de 500 m2. Ce n’est pas très important et c’est voulu. Au total, nous comptons 53 000 lits répartis entre 22 500 à Val Thorens, 27 000 aux Ménuires et le reste sur les 22 villages environnant Saint-Martin. En quarante ans, Saint-Martin a vu sa population tripler, avec 3 090 habitants au recensement de 2003. Cette croissance s’explique notamment par les emplois créés grâce à la société de remontées mécaniques l’école de ski, les commerces, l’hôtellerie…Cependant, nous arrivons au terme du développement de la commune.


I. B. : Pour quelles raisons ?


A. P. : La capacité d’absorption du trafic routier le samedi, le partage de la ressource en eau sur l’échelle du territoire, la capacité des domaines skiables sont autant de freins au développement touristique. En matière d’hébergement, nous constatons le vieillissement de lits sur un parc dont le potentiel est considérable. A Val Thorens, depuis quatre ans, aucun nouveau logement n’a été construit. Conséquence : en l’absence de nouveau lit, l’activité économique décroît car une déperdition d’une partie des lits est inévitable ! Même la rénovation, qui réduit souvent le nombre de couchage, y contribue !


I. B. : Quelles solutions tentez-vous d’apporter pour enrayer cette tendance ?


A. P. : Nous incitons à la réalisation de résidences pour saisonniers via des résidences sociales. Certains employeurs créent eux-mêmes des petites résidences, comme c’est le cas du concessionnaire des remontées mécaniques de Val Thorens. Pour garantir la pérennité de l’activité touristique, nous allons favoriser la réalisation de résidences de tourisme et de résidences hôtelières. Nous ne vendons du foncier que pour ces opérations-là et mettons en place des garde-fous pour garantir ce type d’hébergement. Ce sont 8 000 m2 qui seront construits sur Val Thorens, 8 000 m2 aux Ménuires et 2 000 m2 sur Saint-Martin. En interne, nous réfléchissons aussi à un développement futur qui nous permettrait de réaliser 30 000 à 40 000 m2 de bâti, toujours pour maintenir l’activité économique de la commune.


Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur