1. Accueil
  2. Conseils
  3. Actualité
  4. 3 QUESTIONS À Alexandra François-Cuxac, Présidente de l'Observer de l'immobilier

3 QUESTIONS À Alexandra François-Cuxac, Présidente de l'Observer de l'immobilier

"Grâce aux prix attractifs, les investisseurs sont revenus"

3 QUESTIONS À Alexandra François-Cuxac, Présidente de l'Observer de l'immobilier
3 QUESTIONS À Alexandra François-Cuxac, Présidente de l'Observer de l'immobilier


Indicateur Bertrand: Le marché du logement neuf a-t-il échappé à la crise ?


Alexandra François-Cuxac : L'année 2009 a été très encourageante dans la perspective d'une sortie de crise.


Le secteur était au plus mal en 2008 et l'année passée a concrétisé tous les efforts du plan gouvernemental avec le dispositif Scellier, le lancement du pass-foncier, la loi Tepa. Les investisseurs sont revenus vers la pierre et le marché toulousain est sorti de son marasme et se trouve, aujourd'hui, sur une pente ascendante. L'année 2009 aura vu la vente de 5 500 logements sur l'aire urbaine, dont 50 % à Toulouse.


Un chiffre à rapprocher des 2750 ventes de 2008! Toulouse a retrouvé très rapidement ses capacités de séduction, d'attraction des investisseurs. Elle prend avec succès un virage amorcé avec les trois pôles de compétitivité, qui attirent des actifs et de nombreux arrivants.


Et le marché du logement neuf en bénéficie directement.



I. B. : Les accédants ont-ils encore une place ?


A. F.-C. : Depuis 2005, la politique de Toulouse, tendant à séduire les accédants à la propriété, porte ses fruits. En 2008, 45 % des ventes étaient le fait d'accédants et même si ce rapport s'est amélioré au profit des investisseurs en 2009, en volume, les acheteurs de résidence principale sont toujours aussi présents. Toulouse est une agglomération attractive en termes de prix : à 3 100 € le m2 moyen hors parking, nous sommes bien dans une des rares métropoles du sud à conserver ce niveau de prix. À cela, il convient d'ajouter l'application du pass-foncier qui permet de rendre le logement neuf intra-muros et en première couronne accessible à des ménages qui en étaient écartés.


Les volumes ne sont cependant pas très importants. Il faut également noter l'expérience des partenariats public-privé dans des opérations mixtes qui ont généré, en 2009, 2000 logements vendus pour 110 opérations de logements sociaux.



I. B. : Ce début 2010 est-il de la même veine que l'an dernier ?


A. F.-C. : Toulouse a la capacité de produire et de vendre des volumes de logements neufs importants puisqu'en 2008, le secteur de la promotion toulousaine a écoulé 5 500 logements privés et 2000 logements sociaux. Là où


le bât blesse, c'est l'interrogation que nous avons sur la capacité des mises en vente sur l'aire urbaine de Toulouse. Cependant, grâce aux mesures prises par le gouvernement, la profession est en mesure de monter des opérations dans un cadre juridique et fiscal à peu près stable.



Service

Prenez rendez-vous avec un diagnostiqueur