Comment bien entretenir un logement basse consommation ?

27/11/2014

Il est possible d’optimiser les performances de son logement basse consommation à condition de l’entretenir. Quelques astuces, simples à réaliser, pour éviter d’avoir recours trop fréquemment à un professionnel.

Les logements conformes à la norme BBC (bâtiment basse consommation) ou RT 2012 consomment moins de 50kWh/m² par an d’énergie primaire. Ces derniers s’appuient souvent sur des matériaux aléatoires (le bois) ou des objets connectés (thermostat) pour permettre aux particuliers une gestion plus efficace de leur consommation énergétique. Encore faut-il veiller régulièrement au bon fonctionnement de son équipement.

La chaudière

Les logements BBC possèdent souvent des chaudières gaz à condensation. Cette dernière récupère la chaleur contenue dans le gaz combustible et utilise le maximum de cette énergie pour le chauffage. Si elle doit être remplacée tous les 15 ans, un entretien réalisé par un professionnel est nécessaire chaque année (environ 70 euros). Outre les baisses de performances énergétiques, les particuliers risquent une "intoxication au monoxyde de carbone" comme le rapporte l’agence qualité construction.

Ne pas oublier le ramonage annuel des conduits de fumée. Mal entretenus, ces derniers peuvent être à l’origine d’incendies ou d’intoxications au CO2.

La ventilation mécanique contrôlée

Elle permet de renouveler l’air et régule l’humidité et la température dans l’appartement ou la maison. Un spécialiste doit la contrôler tous les trois ans au maximum (entre 100 et 150 euros la prestation).

Les particuliers peuvent, de leurs côtés, nettoyer les bouches d’évacuation et filtres. Le mieux est de s’y prendre une fois par trimestre, en lavant chaque pièce à l’eau chaude. Si la bouche d’évacuation fonctionne sur pile, il ne faut pas oublier de les changer. Un entretien déplorable peut conduire à :

  • La propagation dans le logement de mauvaises odeurs
  • La détérioration de la qualité de l’air
  • L’apparition d’humidité dans le logement
  • Equipement photovoltaïque

Chauffe-eau solaire et autres systèmes photovoltaïques peuvent s’user très vite. Pour s’assurer de les entretenir correctement, il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès de l’installateur. Un entretien avec un expert, tous les ans, peut être nécessaire.

Le particulier peut généralement prévenir l’usure en vérifiant, lui-même, tous les ans le bon fonctionnement de la pompe, l’état des tuyauteries, la propreté des capteurs… L’action d’un professionnel coûte entre 100 et 250 euros.

Quant aux surfaces photovoltaïques, il est conseillé de les nettoyer une fois tous les 2 à 4 ans, sauf cas particuliers (toit enneigé, présences récurrentes d’oiseaux, intempéries…).

 

Votre avis nous intéresse

Vos réactions

  • markus 05/08/2015

    de plus en plus, solution de facilité et loi du moindre effort, les gens font sécher leur linge dans le logement, ce qui sature l'air d'humidité, et ensuite à la télé, on nous parle de logement insaluuuubres. Le linge ayant du mal à sécher, n'étant pas au grand air, les bactéries s'y développent, et on a du linge qui "pue"
    Dans les logements BBC très étanches à l'air, avec une VMC calculée au minimum, si on l'utilise comme buanderie, on imagine cette vapeur d'eau qui stagne.

    Un logement ne devrait être conçu qu'avec de quoi étendre le linge à l'extérieur et à l'abri de la pluie. Et que dire des règlements imbéciles qui interdisent le linge étendu au balcon ???
    Quant au sèche linge, c'est un gros consommateur d'électricité, et dans un logement BBC, un sèche linge c'est un comble.
    A une époque, on trouvait des petites essoreuses centrifuges qui tournaient à 3000 t/Mn. Elles étaient très efficaces, le linge ne sortait pas sec, mais il n'en étaient pas loin.

    Et bien sûr, on n'en trouve plus, du moins pas couramment.
    Cherchez l'erreur.